Aller au contenu principal
Font Size

Mise en place d’une assurance socle : les avis divergent

Deux représentants de la filière viticole, deux avis différents sur le projet d'assurance socle. L'un y est favorable, l'autre pas.

© VIF

"C’est une dégradation par rapport à la multirisque", estime Thomas Montagne, président des Vignerons indépendants de France

« La proposition actuelle d’assurance socle des assureurs ne nous satisfait pas. C’est une vraie
dégradation des garanties par rapport à l’assurance multirisque climatique actuelle. L’un des arguments mis en avant est qu’elle coûtera moins cher. Mais nous pensons que le prix sera équivalent. Voire supérieur pour les mêmes garanties que la multirisque, car il faudra souscrire des options non subventionnées. Par ailleurs, la franchise sera supérieure (30 %) et il y aura une obligation d’assurer l’intégralité de l’exploitation, ce qui n’est pas le cas actuellement. Nous sommes favorables à la mise en œuvre de plusieurs autres solutions : la généralisation du Volume complémentaire individuel (VCI) et la Déduction pour aléas (DPA) en nature. Ce dernier système permet de sortir une partie des stocks en vrac du résultat de l’exploitation, pour éviter qu’il soit fiscalisé. Cela donne une petite capacité de trésorerie. On le réintègre dans la comptabilité lors de sa commercialisation. Nous étudions aussi l’intérêt d’un stabilisateur de revenus. »

 

" Il faut être responsable et couvrir les charges fixes", affirme Jérôme Despey, président du conseil spécialisé vin FranceAgriMer

« Je suis préoccupé par l’accentuation des phénomènes climatiques touchant la viticulture depuis plusieurs années et le fait que les surfaces impactées sont toujours plus nombreuses. Depuis l’arrêt des calamités agricoles, l’Etat ne garantit plus les pertes et certaines exploitations se retrouvent dans des situations très compliquées. Les contrats multirisques actuels sont jugés inadaptés et les garanties insuffisantes par rapport au coût. Je suis donc favorable à la création d’une assurance socle, couvrant les charges fixes opérationnelles, avec un ratio couverture du risque/cotisation acceptable par un plus grand nombre. Les chambres d’agriculture sont chargées de réaliser une étude pour déterminer ces charges fixes suivant les
bassins de production et la configuration de l’exploitation (vigneron indépendant ou coopérateur). La prise en charge pourrait être de 65 % si c’est l’Etat qui finance ou de 80 % si cela passe sur l’enveloppe OCM. Par ailleurs, j’estime que ce type d’assurance est complémentaire du VCI et de la DPA. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole