Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mise en place d’une assurance socle : les avis divergent

Deux représentants de la filière viticole, deux avis différents sur le projet d'assurance socle. L'un y est favorable, l'autre pas.

© VIF

"C’est une dégradation par rapport à la multirisque", estime Thomas Montagne, président des Vignerons indépendants de France

« La proposition actuelle d’assurance socle des assureurs ne nous satisfait pas. C’est une vraie
dégradation des garanties par rapport à l’assurance multirisque climatique actuelle. L’un des arguments mis en avant est qu’elle coûtera moins cher. Mais nous pensons que le prix sera équivalent. Voire supérieur pour les mêmes garanties que la multirisque, car il faudra souscrire des options non subventionnées. Par ailleurs, la franchise sera supérieure (30 %) et il y aura une obligation d’assurer l’intégralité de l’exploitation, ce qui n’est pas le cas actuellement. Nous sommes favorables à la mise en œuvre de plusieurs autres solutions : la généralisation du Volume complémentaire individuel (VCI) et la Déduction pour aléas (DPA) en nature. Ce dernier système permet de sortir une partie des stocks en vrac du résultat de l’exploitation, pour éviter qu’il soit fiscalisé. Cela donne une petite capacité de trésorerie. On le réintègre dans la comptabilité lors de sa commercialisation. Nous étudions aussi l’intérêt d’un stabilisateur de revenus. »

 

" Il faut être responsable et couvrir les charges fixes", affirme Jérôme Despey, président du conseil spécialisé vin FranceAgriMer

« Je suis préoccupé par l’accentuation des phénomènes climatiques touchant la viticulture depuis plusieurs années et le fait que les surfaces impactées sont toujours plus nombreuses. Depuis l’arrêt des calamités agricoles, l’Etat ne garantit plus les pertes et certaines exploitations se retrouvent dans des situations très compliquées. Les contrats multirisques actuels sont jugés inadaptés et les garanties insuffisantes par rapport au coût. Je suis donc favorable à la création d’une assurance socle, couvrant les charges fixes opérationnelles, avec un ratio couverture du risque/cotisation acceptable par un plus grand nombre. Les chambres d’agriculture sont chargées de réaliser une étude pour déterminer ces charges fixes suivant les
bassins de production et la configuration de l’exploitation (vigneron indépendant ou coopérateur). La prise en charge pourrait être de 65 % si c’est l’Etat qui finance ou de 80 % si cela passe sur l’enveloppe OCM. Par ailleurs, j’estime que ce type d’assurance est complémentaire du VCI et de la DPA. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole