Aller au contenu principal

Manifestations agricoles : « La situation est très critique, nous sommes en train de perdre le vignoble »

Henri Serral, viticulteur à Portel-des-Corbières, dans l’Aude, va aller manifester demain. Voici les trois mesures qu’il réclame.

Henri Serral, viticulteur dans l'Aude, réclame notamment un accès à l'eau.
Henri Serral, viticulteur dans l'Aude, réclame notamment un accès à l'eau.
© H. Serral

Henri Serral a 45 ans. Il est installé sur 24 hectares de vigne, à Portel-des-Corbières, dans l’Aude et produit tant de l’AOC languedoc que des IGP pays d’oc, qu’il apporte à la cave coopérative de Coursan. Depuis deux ans, il subit de plein fouet la sécheresse, la hausse des coûts et l’effondrement des marchés. Une conjonction de facteurs qui le met dans une situation critique, qu’il n’estime plus tenable. Il va aller manifester demain 26 janvier et se confie sur ses revendication et sur les mesures qui pourraient l’aider à passer le cap. 

Obtenir une baisse des charges

« La première mesure indispensable est une baisse des charges, énonce-t-il. Depuis le Covid et la guerre en Ukraine, les charges ont augmenté de 30 à 40 %. MSA, GNR, phytos, matériel, fournisseurs, fiscalité, tout a augmenté. On arrive à des hausses qui ne sont pas soutenables, et ce d’autant plus que les cours du vin s’effondrent. On n’arrive même plus à vendre, les caves sont pleines, la campagne de distillation n’a pas été suffisante, le marché est atone. » 

Que les cours du vin remontent et se stabilisent

Logiquement, sa seconde revendication porte sur les cours du vin. « Il faut absolument qu’ils remontent et que le marché se stabilise ; que la filière se réorganise afin qu’on puisse avoir une visibilité à 10 ans, exhorte-t-il. Là, on navigue à vue, on ne sait pas quelles décisions prendre pour l’exploitation. Moi par exemple, il faudrait que je plante. Mais je ne sais pas si je dois le faire ou pas. Pour l’instant je résiste financièrement, mais pas pour longtemps. » 

Avoir accès à l'eau pour sauver le vignoble

Son troisième besoin crucial est celui de l’accès à l’eau. « Il faut que certains secteurs, comme le mien, aient accès à l’eau, réclame-t-il. Nous n’avons pas de pluies hivernales depuis 2 ans. Le vignoble est en train de s’éteindre et nous avec. » 

Il imagine deux solutions : des retenues collinaires sur la Berre ou une extension du réseau du Bas Rhône, comme l’avait prévu Georges Frêche avec son projet Aqua Domitia. « Il faut urgemment remettre ce projet à l’ordre du jour, enjoint-il, nous avons à peine 100 mm par an, c’est moins que dans le désert du Sahara. » 

« Nous avons peur que la vigne ne démarre pas »

En 2023, ses vignes n’ont poussé que de 20 à 30 cm. « La récolte a été minable, rapporte-t-il, mais cette année nous avons même peur que la vigne ne démarre pas. Nous sommes en train de perdre le vignoble. Il faut que les pouvoirs publics nous aident à passer ce cap. Certains vont devoir arrêter d’exploiter et il faut les aider à arrêter dignement. Quant aux autres, il faut les aider et leur donner accès à l’eau. Sinon, les terres vont être abandonnées et en friche. Cela donnera lieu à des incendies, dénaturera les paysages, avec certainement un impact sur le tourisme qui est important chez nous. »

Les plus lus

Gérard Genty a transmis une partie de son domaine à Anaïs Pertuizet.
Transmission : « J’ai restructuré une partie de mes parcelles viticoles »

Gérard Genty, ex-viticulteur à Lantignié, dans le Rhône, a opté pour un mélange de solutions lors de sa retraite. Une partie…

Le fonds d'urgence annoncé par Marc Fesneau en réponse à la crise viticole et aux manifestations vient d'être mis en place.
Fonds d’urgence viticole : attention, les délais sont serrés !

Promis par le ministre de l’Agriculture suite aux manifestations, le fonds d’urgence est désormais opérationnel. Il est ouvert…

Crise viticole : Marc Fesneau annonce un plan de 230 millions d'euros

Invité ce mercredi 31 janvier sur Sud Radio, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a dévoilé les mesures du plan viticole…

Pellenc lance le châssis polvalent économique et évolutif Combiviti.
Pellenc Combiviti - Un châssis porte-outils économique et évolutif

Pellenc complète son offre en châssis polyvalents, avec un modèle d'entrée de gamme et évolutif.

Henri Serral, viticulteur dans l'Aude, réclame notamment un accès à l'eau.
Manifestations agricoles : « La situation est très critique, nous sommes en train de perdre le vignoble »

Henri Serral, viticulteur à Portel-des-Corbières, dans l’Aude, va aller manifester demain. Voici les trois mesures qu’il…

Le pulvé autonome Kfast est doté de quatre roues motrices et directrices.
Kubota/Fede - Un pulvérisateur automoteur et autonome pour les vignes et vergers

Kubota présente un robot de pulvérisation, le Kfast. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole