Aller au contenu principal
Font Size

L’Union des grands crus de Bordeaux reste optimiste sur l’export

Dans un contexte plus que morose, l’Union des grands crus de Bordeaux affiche un optimisme résolu quant aux marchés export.

En amont de la dégustation annuelle organisée à Paris par l'Union des Grands Crus de Bordeaux, Ronan Laborde, son président, s'est montré confiant sur l'avenir des grands crus à l'international. Il mise notamment sur la communication et la pédagogie pour maintenir voir poursuivre le développement.
© C. Gerbod

Pour alimenter une vision d’avenir positive, l’Union des Grands crus de Bordeaux (UGCB) se base sur les données export des douanes, pour la catégorie des vins dont les prix de départ sont supérieurs à 22,50 euros la bouteille. Les vins de Bordeaux pèsent pour 68% en valeur et 63% en volume de cette catégorie. « C’est le cas de la quasi totalité des vins des membres de l’Union », argumente Ronan Laborde président de l’UGCB et copropriétaire du château Clinet, à Pomerol. Ces exportations ont atteint 1,15 milliard d’euros, entre juillet 2018 et juillet 2019. « Un record depuis 2012 », s’enthousiasme Ronan Laborde. La progression à 1 an est de 12% en valeur. Elle atteint même 30% pour les États-Unis, 22% pour le Royaume-Uni et 15% pour la Suisse.

Certes, c’était avant le 18 octobre 2019, date d’entrée en vigueur de la surtaxe Trump. De la tournée que l’UGCB vient d’opérer en Amérique du Nord, Ronan Laborde retient un climat d’attentisme des opérateurs sachant qu’une modification des produits concernés et niveaux de taxe est attendue pour mi-février. Mais, le président de l’UGCB a constaté « un dynamisme des grands crus » et croit en l’atout de la « fraîcheur et digestibilité des vins ». « Les stocks tournent bien, le marché est dynamique. Je vois mal les importateurs changer leur référencement ». Il constate « une solidarité entre producteurs, importateurs, distributeurs et négociants » avec un partage de la taxe, dans des proportions variables selon les cas. S’il s’attend à un ralentissement, « on fera tout pour défendre nos positions » affirme-t-il.

 

Mieux communiquer sur les produits

L’UGCB, qui regroupe 134 membres produisant des vins dans 14 appellations bordelaises, veut monter en puissance en communication. En organisant 80 événements par an dans 15 pays et 65 villes, l’association estime toucher quelque 50 000 professionnels durant l’année. Pour rester en contact avec eux, elle lance un magazine numérique baptisé Vintage by UCGB.

Elle renforce aussi la communication via les réseaux sociaux, notamment en Chine. Le site a d’ailleurs été traduit en chinois. « C’est notre premier marché », souligne Ronan Laborde qui parle tout de même de rééquilibrage. « Elle a représenté jusqu’à 40% des exportations. Aujourd’hui nous sommes à 29% de part de marché ». Une évolution qu’il juge plutôt bénéfique.  Il fait le constat d’un élargissement du marché avec de plus en plus de pays où des consommateurs « adhèrent à notre art de vivre. Il y a une évolution mondiale vers des produits plaisir ». Un créneau concurrentiel mais sur lequel l’UGCB compte bien continuer de creuser son sillon. La formation des commerciaux est un autre levier pour y parvenir. L’UGCB a monté une formation de 3 jours répartis dans l’année destinée aux courtiers et négociants. Les 50 places ont été remplies sans problème. « Les connaissances et les pratiques évoluent dans le vignoble. On doit les mettre au fait. Il y a une demande ». Une prochaine session est à l’étude. Le constat est clair, au-delà de la réputation des produits, il faut les expliquer pour mieux les vendre.

Lire aussi Le syndicat des bordeaux et bordeaux supérieurs souhaite reconquérir le marché du blanc sec

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
 © DR
Diag’Pulvé, un outil pour estimer la qualité d’application avec son smartphone
Pour mesurer rapidement la qualité de la pulvérisation, un projet de recherche appliquée dénommé Diag’Pulvé (1) vient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole