Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’Union des grands crus de Bordeaux reste optimiste sur l’export

Dans un contexte plus que morose, l’Union des grands crus de Bordeaux affiche un optimisme résolu quant aux marchés export.

En amont de la dégustation annuelle organisée à Paris par l'Union des Grands Crus de Bordeaux, Ronan Laborde, son président, s'est montré confiant sur l'avenir des grands crus à l'international. Il mise notamment sur la communication et la pédagogie pour maintenir voir poursuivre le développement.
© C. Gerbod

Pour alimenter une vision d’avenir positive, l’Union des Grands crus de Bordeaux (UGCB) se base sur les données export des douanes, pour la catégorie des vins dont les prix de départ sont supérieurs à 22,50 euros la bouteille. Les vins de Bordeaux pèsent pour 68% en valeur et 63% en volume de cette catégorie. « C’est le cas de la quasi totalité des vins des membres de l’Union », argumente Ronan Laborde président de l’UGCB et copropriétaire du château Clinet, à Pomerol. Ces exportations ont atteint 1,15 milliard d’euros, entre juillet 2018 et juillet 2019. « Un record depuis 2012 », s’enthousiasme Ronan Laborde. La progression à 1 an est de 12% en valeur. Elle atteint même 30% pour les États-Unis, 22% pour le Royaume-Uni et 15% pour la Suisse.

Certes, c’était avant le 18 octobre 2019, date d’entrée en vigueur de la surtaxe Trump. De la tournée que l’UGCB vient d’opérer en Amérique du Nord, Ronan Laborde retient un climat d’attentisme des opérateurs sachant qu’une modification des produits concernés et niveaux de taxe est attendue pour mi-février. Mais, le président de l’UGCB a constaté « un dynamisme des grands crus » et croit en l’atout de la « fraîcheur et digestibilité des vins ». « Les stocks tournent bien, le marché est dynamique. Je vois mal les importateurs changer leur référencement ». Il constate « une solidarité entre producteurs, importateurs, distributeurs et négociants » avec un partage de la taxe, dans des proportions variables selon les cas. S’il s’attend à un ralentissement, « on fera tout pour défendre nos positions » affirme-t-il.

 

Mieux communiquer sur les produits

L’UGCB, qui regroupe 134 membres produisant des vins dans 14 appellations bordelaises, veut monter en puissance en communication. En organisant 80 événements par an dans 15 pays et 65 villes, l’association estime toucher quelque 50 000 professionnels durant l’année. Pour rester en contact avec eux, elle lance un magazine numérique baptisé Vintage by UCGB.

Elle renforce aussi la communication via les réseaux sociaux, notamment en Chine. Le site a d’ailleurs été traduit en chinois. « C’est notre premier marché », souligne Ronan Laborde qui parle tout de même de rééquilibrage. « Elle a représenté jusqu’à 40% des exportations. Aujourd’hui nous sommes à 29% de part de marché ». Une évolution qu’il juge plutôt bénéfique.  Il fait le constat d’un élargissement du marché avec de plus en plus de pays où des consommateurs « adhèrent à notre art de vivre. Il y a une évolution mondiale vers des produits plaisir ». Un créneau concurrentiel mais sur lequel l’UGCB compte bien continuer de creuser son sillon. La formation des commerciaux est un autre levier pour y parvenir. L’UGCB a monté une formation de 3 jours répartis dans l’année destinée aux courtiers et négociants. Les 50 places ont été remplies sans problème. « Les connaissances et les pratiques évoluent dans le vignoble. On doit les mettre au fait. Il y a une demande ». Une prochaine session est à l’étude. Le constat est clair, au-delà de la réputation des produits, il faut les expliquer pour mieux les vendre.

Lire aussi Le syndicat des bordeaux et bordeaux supérieurs souhaite reconquérir le marché du blanc sec

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La boarmie et une chenille arpenteuse qui se confond avec le bois ou les vrilles. © IFV Alsace
La boarmie, mange-bourgeon de la vigne
La boarmie est un mange-bourgeons qui peut attaquer la vigne du stade gonflement des bourgeons jusqu’au stade une feuille étalée…
Pensez à vérifier les produits stockés dans le local phyto. Certains, à l'instar de nombreux glyphosate, ne pourront plus être utilisés l'an prochain. © X. Delbecque
Les actualités phytosanitaires en vigne pour la saison 2020
La campagne 2020 sera marquée par l’arrivée de nombreux produits de biocontrôle et le retrait de certaines spécialités de…
Les drones en viticultures sont principalement utilisés pour réaliser des cartographies montrant l'indice de végétation NDVI des parcelles. © BIVB
Zoom sur les capteurs de végétation
La viticulture de précision est rendue possible par le développement des capteurs. Voici un point sur leur mode de fonctionnement…
De nouveaux espoirs dans la lutte contre le gel en viticulture
Deux procédés inédits en France sont testés cet hiver contre le gel. Le Heat Ranger et les infrarouges longs seront regardés par…
[Salon de l’agriculture] : La médaille au CGA, un accélérateur de ventes
Près de 16000 échantillons de vins seront présentés au Concours Général Agricole, qui a traditionnellement lieu les deux premiers…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole