Aller au contenu principal

L’inox ne préserve pas des Bretts

Les levures du genre Brettanomyces adhérent sur l’inox : c’est l’un des résultats obtenus par l’IFV Val de Loire, qui étudie depuis trois ans le comportement bioadhésif de levures d’altération sur l’inox, le verre et le PET, en statique et en dynamique, avant et après désinfection.

L’IFV Val de Loire utilise un 
circuit-test, équipé d’un manchon porte-échantillons, pour étudier des cinétiques d’encrassements de l’inox.
L’IFV Val de Loire utilise un
circuit-test, équipé d’un manchon porte-échantillons, pour étudier des cinétiques d’encrassements de l’inox.
© IFV Val de Loire

Rien n’est jamais acquis, comme le prouvent les derniers résultats d’expérimentation de l’IFV Val de Loire. On croyait l’inox un peu plus à l’abri des contaminations. Il n’en est rien. “ Nous avons mis en évidence que les souches de Brettanomyces ne se comportent pas toutes de la même façon, mais surtout, qu’elles adhérent parfaitement bien sur l’inox ”, rapporte Pascal Poupault, de l’IFV Val de Loire. L’Institut a observé, en collaboration avec les microbiologistes d’AgroParisTech, l’adhésion sur inox. Les levures d’altération y adhèrent bien, quelle que soit la souche ; que ce soit en dynamique (circuit-test) ou en statique (plate-forme microscopique). Après nettoyage et désinfection d’un circuit-test, trois souches de Brettanomyces ont re-contaminé le vin stérile y circulant. “ De plus, pour l’instant, nous n’avons testé que de l’inox neuf, sans rayure, renchérit Pascal Poupault. Il paraît évident que l’encrassement sera supérieur sur un inox un peu plus usagé, même s’il est bien entretenu. ” Les joints, vannes et autres recoins sont bien évidemment des supports pour la survie et la résistance des contaminants. Pour bien les désinfecter, il est indispensable de les démonter régulièrement et de les mettre à tremper dans une solution désinfectante. Mais les surfaces planes des cuves contiennent également des levures, qui se fixent à la paroi grâce à des forces d’adhésion dont l’intensité varie suivant les souches.


Adapter les procédures de désinfection


Autre enseignement de cette étude : les souches de Brettanomyces ne se comportent pas toutes de manière similaire, leur affinité avec l’eau étant plus ou moins bonne. “ Certaines forment un tapis homogène sur toute la surface du contenant, détaille Pascal Poupault. D’autres se développent sous forme de petits amas. Pour l’instant, nous ne savons pas précisément sous quelle forme elles adhèrent le plus aux surfaces et résistent le mieux aux agressions (procédures de désinfection). Il faudra adapter les procédures de désinfection en fonction. ”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole