Aller au contenu principal

Les promesses des stimulateurs

Les stimulateurs des défenses naturelles des plantes (SDP ou SDN) sont de plus en plus performants sur vigne. S’ils ne peuvent pas encore se substituer aux produits traditionnels de traitement, ils permettent d’en diminuer les doses. Voici un point d’étape sur les connaissances actuelles.

« Je n’ai constaté aucune différence d’efficacité par rapport à un programme classique », se réjouit David Mau. En 2017, ce viticulteur de Loubens, en Gironde, a expérimenté un itinéraire « biocontrôle » comprenant des SDP, sur deux hectares. « Je fais partie du réseau Dephy et nous essayons donc de diminuer les doses de produits phyto ; de trouver des alternatives, décrit-il. Notre animateur a parlé du Messager. J’ai donc décidé de le tester. » Pour ce faire, il a consacré à l’expérimentation trois parcelles partiellement gelées de merlot, cabernet sauvignon et sauvignon blanc.

Le Messager s'emploie comme un phyto conventionnel

L’animateur du réseau Dephy l’a aidé à élaborer le programme, en concertation avec son distributeur de phytos. En début de campagne, David Mau a réalisé deux passages avec du LBG-01F34 (phosphonates de potassium) et des produits de contact. Le 4 mai, le 17 et le 25, il a traité avec du Messager de Jouffray-Drillaud, à 2 litres par hectare. Ce produit, constitué de Cos-Oga, un mélange de chitosan, issu de l’exosquelette des crustacés, et de pectine, provenant de la peau des agrumes et des pommes, permet de simuler la présence et la prolifération du champignon, ce qui déclenche les défenses immunitaires de la vigne.

Pour l’appliquer, David Mau a employé son pulvérisateur pneumatique habituel, un face par face Thomas Nicolas de 1 500 litres, qu’il a passé à 5,6 km/h comme de coutume. Il est intervenu dans les mêmes conditions météorologiques que pour les produits conventionnels : le matin ou le soir, lorsque la température n’est pas trop élevée et que le vent est absent ou faible, et avec un volume de 120 litres par hectare à pleine végétation. Le 4 mai, il a mélangé la formulation liquide du Messager à deux contacts : du Polyram DF (métirame) à 400 g (pour une dose homologuée de 2 kg/ha) et un soufre mouillable (Kumulus DF, homologué à 12,5 kg/ha) à 1,5 kg. « Les produits se sont très bien mélangés, je n’ai eu aucun souci », rapporte David Mau. Ni grumeaux, ni bouchages de pastilles. Et le nettoyage du pulvérisateur a été similaire à la normale.

De même, le 17 mai, il a intégré le Messager à du cuivre à 800 g et du soufre à 4 kg. Et à du Kumulus à 4,5 kg et du Polyram à 1,3 kg le 25 mai. Il a clos la saison avec deux passages de contacts additionnés d’un engrais foliaire éliciteur, le Nectar MGS, de De Sangosse.

Au final, les vignes protégées de la sorte n’ont pas eu plus de dégâts que les autres. David Mau compte donc étendre l’expérimentation cette année. « 2017 était une année de faible pression, rappelle-t-il. Je souhaite donc re-tester le produit. Je vais passer à 12 hectares, l’équivalent d’un pulvérisateur, avec le même programme et peut-être du Limocide/Essenc’iel (huile d’orange douce) en plus. Le risque n’est pas énorme. Si jamais je vois que cela décroche, je peux basculer sur un programme conventionnel. » Pour lui, travailler de la sorte n’a que deux inconvénients : le coût, qui est supérieur à celui d’un itinéraire classique, et les cadences, qui doivent être raccourcies en cas de pluie. Mais c’est le prix à payer pour diminuer les doses de phytos. « J’ai été convaincu par ce programme, conclut le viticulteur. Et dans le groupe, tous ceux qui ont essayé vont poursuivre. Mais de là à l’employer sur toute la propriété, je ne sais pas. Il faut que cela reste rentable. »

Travailler de la sorte n’a que deux inconvénients : le coût, qui est supérieur à celui d’un itinéraire classique, et les cadences, qui doivent être raccourcies en cas de pluie.

repères

SCEA Mau

Surface 88 hectares

AOC bordeaux blanc, rouge et rosé

Cépages merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon, malbec et sauvignon blanc

Nombre de salariés 2 CDI intermittents et 4 saisonniers

Production à venir environ 4 000 hl de rouge et 650 hl de blanc

Cave coopérative Les Coteaux d’Albret Mesterrieux

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
Christophe Lardière, responsable des propriétés de Jean-Luc Thunevin, à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite fourche pour planter ses 1 000 complants tous les printemps.
Astuce | « J’ai bricolé une fourche pour complanter les ceps de vigne », Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin
Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole