Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les premiers utilisateurs d’ESK Protect sont plutôt satisfaits

Un amendement à base de charbon et d’argile, ESK Protect, semble faire ses preuves contre l’esca. Retour d’expériences sur un nouveau mode de lutte contre cette maladie du bois.

Présenté sous forme de granulÉs, ESK Protect est un amendement à base 
de charbon et d’argile qui s’épand tous les 3 ou 4 ans .
Présenté sous forme de granulÉs, ESK Protect est un amendement à base
de charbon et d’argile qui s’épand tous les 3 ou 4 ans .
© Callegari Distribution

Formulation à base de charbon végétal et d’argile distribuée par Michaël Paetzold, ESK Protect agit par polarité. “ Il piège les spores des champignons de l’esca et leurs toxines ”, explique Florence Rudeaux, ingénieur chez Callegari Distribution, société qui fabrique le produit. Ses premiers utilisateurs en sont satisfaits, comme en témoigne Roger Chabot, viticulteur en Charente. “ J’ai été le premier utilisateur d’ESK Protect sur vigne dès 2010 sur un hectare d’ugni blanc, cépage sensible à l’esca. J’avais utilisé 600 kg/hectare de produit en poudre déposé de chaque côté du rang avec des coutres enfouisseurs. Les résultats de cette première année d’expérimentation étaient encourageants avec un taux de réduction d’esca de 50 % par rapport au témoin non-traité au milieu de la parcelle. En 2011, les résultats étaient moins bons mais quand même visibles. Ils étaient plus spectaculaires en 2012 et 2013. Mais ce n’est pas non plus le produit miracle ! ”


Plus d’efficacité 2 ou 3 ans après l’application


Même son de cloche chez Frédéric Bouché, exploitant à Courpignac en Charente-Maritime : “ J’ai utilisé ce produit sous forme de poudre en décembre 2010. Je l’ai enfoui avec une sous-soleuse sur huit rangs d’Ugni blanc, à raison de 300 ou 400 kg/ha. Depuis deux campagnes, je constate une nette différence de mortalité entre ces rangs et le reste de la parcelle. Je n’ai pas plus de 2 à 3 % de pieds atteints d’esca sous sa forme apoplectique, contre environ 10 % ailleurs. Ce n’est pas parfait, mais c’est toujours mieux que rien. ” Ce viticulteur compte donc étendre l’application d’ESK Protect au reste de la parcelle, soit une demi-douzaine d’hectares, et ce d’autant plus que “ la formulation actuelle sous forme de granulés est bien plus simple d’utilisation ”, souligne-t-il.
Jean-Christophe Mascou, viticulteur à Castelnau-de-Guers, dans l’Hérault, n’a qu’une seule année de recul, ce qu’il n’estime pas suffisant pour se prononcer sur l’efficacité du produit. Mais pour l’instant, il semble donner de bons résultats chez lui aussi. “ Cette année, mes cabernets sauvignons traités avec ESK Protect (500 kg/ha enfouis avec un épandeur double coutre en novembre 2013) ont été plus de deux fois moins touchés par les maladies du bois que le reste de la parcelle : 20 souches atteintes sur 250, contre 56/250 ailleurs. ” Et de nuancer : “ il faut dire que de base, la partie non-traitée est la plus touchée par les maladies du bois… ”.
Rémi Lamarque, technicien négoce CIC (Gironde) a également testé ce produit en 2013 sur deux exploitations de médoc et entre deux mers, sur des parcelles qui extériorisaient l’esca : “ l’application (en poudre) a été réalisée à l’automne (500 kg/ha). Les résultats mettaient en avant une tendance positive sur les modalités ESK Protect en particulier sur les formes apoplectiques. ”
Ces résultats restent à relativiser comme le rappelle Vincent Dumot du BNIC (interprofession de Cognac) : “ ce produit n’a pas fait l’objet d’essais d’homologation permettant de juger son efficacité ”. Même prudence du côté de l’IFV où Philippe Larignon précise “ qu’il n’a pas de résultat à ce jour sur ce produit ”.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole