Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Environnement
Les levures se disséminent peu, mais.

Les levures sèches actives se disséminent peu dans la nature. Mais les effluents, les sous-produits et les citernes de transport restent des voies de contamination à surveiller.


Que deviennent les levures industrielles, une fois les fermentations achevées ? Quel est leur impact sur l´environnement des caves vinicoles ? Plusieurs études ont confirmé que les levures commerciales ne se disséminent pas facilement. La dernière en date, une étude menée sur quatre années par l´ITV dans le pays nantais, a suivi une levure CHP spécialement marquée. « Les caves (murs, sols, matériels.) sont largement contaminées au cours de la fermentation alcoolique, mais les populations levuriennes diminuent ensuite de façon importante », rapporte Alain Poulard, responsable de l´étude à l´ITV de Nantes. Avant les vendanges suivantes, on ne retrouve la souche CHP ni dans les caves ni dans la plupart des parcelles avoisinantes.
Par contre, précise Alain Poulard, « on peut considérer les effluents comme une voie importante de dissémination des LSA. On a retrouvé la CHP marquée dans les effluents et dans la terre des parcelles situées en contrebas des stations de traitement des effluents, mais aussi sur les berges d´un ruisseau, à 50 m de la sortie des rejets d´effluents épurés ». Les levures CHP ont également été retrouvées dans les lies des cuves où la levure s´est implantée mais curieusement pas dans les terres et plaques de filtration usagées.
Des risques de contamination du jus de raisin
Plus inquiétant, les levures marquées ont survécu sur les camions citernes (tuyaux, parois.) qui assuraient le transport du vin entre un vendangeoir et un négoce, malgré des procédures de nettoyage effectuées régulièrement. « Elles sont présentes toute l´année et sont susceptibles de contaminer le jus de raisin transporté à l´automne », prévient Alain Poulard. Une étude précédemment effectuée par l´Inra de Montpellier en France et au Portugal avait montré que les levures se dispersaient très peu à plus de 200 mètres de la cave, avec cependant quelques exceptions à plus de 1000 mètres.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Trois conseils pour réussir la bioprotection de sa vendange
La bioprotection de la vendange implique de travailler avec des organismes vivants, moins infaillibles que le SO2.…
Vignette
Un label pour noter les pulvérisateurs

Afin de faire évoluer le parc de pulvérisateurs viticoles vers des machines plus efficaces et répondant…

Vignette
Concentrations de coopératives viticoles en série dans le Vaucluse
Unions et fusions de caves coopératives se multiplient dans le nord du Vaucluse à un rythme accéléré.
Vignette
Un partenariat durable avec un négociant éleveur
Vigneron à Saint-Marcel d’Ardèche, Cyril Bouchon destine la presque totalité de sa production à un négociant-éleveur depuis une…
Vignette
Une association qui rassemble les œnologues libéraux
L’association LOEIL ( l’Œnologue Ingénieur Libéral ) consultants regroupe les œnologues indépendants exerçant dans le Val de…
Vignette
Wine Pixels, des photos "sculptées" dédiées au monde du vin
Franck Boucher se présente comme un photo-graphe ou sculpteur d’images. Depuis plusieurs années, il explore les possibilités…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole