Aller au contenu principal

Oenologie
Les levures du chai dominent parfois la flore du vignoble

Les vinifications à base d´une flore indigène ne sont pas toujours provoquées par des levures du vignoble. Ce sont parfois les souches présentes dans le chai qui sont responsables de la fermentation.


En vinification naturelle, on s´attend à ce que les levures présentes dans les parcelles soient responsables de la fermentation. Ce n´est pourtant pas toujours le cas. L´Université Haute Alsace (UHA) a réalisé des essais chez deux viticulteurs. Les résultats montrent une correspondance entre la flore de la parcelle et la flore de la cuve (les levures sont notamment identifiées en fin de fermentation alcoolique) chez le premier viticulteur. Les souches majoritaires au vignoble se retrouvent donc majoritaires en vinification. Chez le deuxième viticulteur, il n´y a par contre « aucun transfert de flore », indique Catherine Lejeune, maître de conférence à l´UHA. Les souches de levure retrouvées sont des Saccharomyces uvarum qui « dominent celles apportées par le raisin. » La vinification n´a donc pas lieu grâce à la flore du vignoble mais bien grâce à une flore déjà présente dans le chai avant l´arrivée des vendanges. Selon Catherine Lejeune, ces différences s´expliquent « par la façon de travailler du viticulteur, sa façon de nettoyer, si le nettoyage est effectué à grande eau ou pas... ».

Cette flore de chai peut provenir du pressoir mais également de cuves entartrées (levures « piégées » dans le tartre). Ces essais, réalisés pendant trois ans chez le deuxième viticulteur, montrent que les souches de Saccharomyces uvarum sont systématiquement retrouvées tous les ans. Tout indique que le chai est en fait « contaminé » par cette levure d´année en année. De la même façon, on pourrait supposer qu´il existe des chais « contaminés » par des levures industrielles. Il pourrait donc apparaître délicat de réaliser des vinifications dites « naturelles » lorsque le chai a connu de nombreux ensemencements auparavant. Morvan Coarer de l´ITV de Nantes, souligne qu´il est en tous les cas très difficile, la même année, de réaliser des cuvées « levures indigènes » à côté de cuvées levurées par des LSA. « Il faut au moins avoir deux pompes, une pour chaque façon de travailler. » En effet, explique-t-il, « même un nettoyage à l´eau peut ne pas être suffisant : il reste toujours 10 % de levures dans les pompes ce qui est nécessaire pour ensuite avoir une propagation très rapide de cuve à cuve ».

« La variabilité des souches ne s´explique pas par la géographie », indique Jean-Luc Legras de l´Inra de Colmar. Des prélèvements effectués sur l´ensemble du vignoble alsacien montrent, en effet, que l´on retrouve des souches de levures identiques dans différents sites, parfois très éloignés. De même, il est possible de trouver des souches de levures qui ont le même profil alors que les raisins sont issus de terroirs très différents. Pour preuve, cet essai réalisé par l´Inra dans la vallée de Turckheim. Deux populations de levures ont été analysées, l´une venant d´une parcelle située en coteaux sur socle granitique (parcelle grand cru), l´autre venant de parcelles situées dans une zone alluvionnaire. « Malgré des terroirs très distincts, nous avons obtenu les même profils de levures », indique Jean-Luc Legras.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
En Bretagne, Edouard Cazals crée le premier domaine viticole professionnel
En 2018, Édouard Cazals, vigneron au domaine La cabane aux longues vignes, a planté deux hectares de vigne près de l'estuaire de…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole