Aller au contenu principal
Font Size

Sud-Ouest
Les côtes de gascogne montent en douceur

Devenu le deuxième cépage le plus planté en côtes de gascogne, le gros manseng revient en force en monocépage et assemblage.
© CIVSO

Toujours dynamique, l’IGP du Sud-Ouest qui produit 85 % de blanc ne se contente plus de se développer à l’export mais progresse aussi sur le marché français. Dans un marché hexagonal plutôt terne, l’IGP côtes de gascogne affiche une progression de 5,7 % en volume et de 10,2 % en valeur pour ses ventes en grande distribution en 2018.

Le succès du segment des moelleux et des doux pousse la croissance. Le volume a grimpé de 67 764 hl en 2014-2015 à 97 705 hl en 2018-2019, soit une croissance moyenne de 10 % par an et une part de 12 % de la production. Tout en se parant de douceur, les vins gardent un profil frais dont l’IGP s’est fait une marque de fabrique. « Les 20 à 30 ans le consomment à l’apéritif », commente Alain Desprats, directeur du syndicat des producteurs de l’IGP.

La percée du cépage gros manseng

Ce développement s’accompagne de la montée en puissance du cépage gros manseng. S’il est sensible au stress hydrique, sa peau épaisse le rend adapté au passerillage. Il est devenu le deuxième cépage le plus planté de l’appellation derrière le colombard et devance désormais l’ugni blanc. « Il apporte de la tenue, du volume en bouche, de la complexité », souligne Olivier Dabadie, le président de la section interprofessionnelle des vins IGP côtes de gascogne. Les moelleux et doux sont vendus 6 à 9 euros en moyenne et titrent autour de 12,5 % Si leur succès est avant tout franco-français, Olivier Dabadie constate que certains marchés comme l’Allemagne commencent à s’y intéresser.

La mise en avant des cépages locaux étant le socle de la stratégie de l’IGP, l’appellation se lance dans le projet "idéotypes" pour obtenir des variétés résistantes à partir de ses cépages autochtones. Chiffré entre 500 000 à 600 000 euros sur quinze ans, il est mené avec les vignobles voisins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Certains constructeurs disposent de plusieurs offres pour une même puissance de tracteurs. © New Holland
Un tracteur haut de gamme ou deux low cost ?
Entre un tracteur d’entrée de gamme et un tracteur tout équipé, les prix peuvent aller du simple au double, voire au triple.…
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
distillation de rebèches et jus de presse champagne
L’aide à la distillation de crise est lancée pour la filière vin
Le conseil spécialisé Vins de FranceAgriMer, qui s’est réuni le 3 juin, a acté les conditions d’application de l’aide à la…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole