Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sud-Ouest
Les côtes de gascogne montent en douceur

Devenu le deuxième cépage le plus planté en côtes de gascogne, le gros manseng revient en force en monocépage et assemblage.
© CIVSO

Toujours dynamique, l’IGP du Sud-Ouest qui produit 85 % de blanc ne se contente plus de se développer à l’export mais progresse aussi sur le marché français. Dans un marché hexagonal plutôt terne, l’IGP côtes de gascogne affiche une progression de 5,7 % en volume et de 10,2 % en valeur pour ses ventes en grande distribution en 2018.

Le succès du segment des moelleux et des doux pousse la croissance. Le volume a grimpé de 67 764 hl en 2014-2015 à 97 705 hl en 2018-2019, soit une croissance moyenne de 10 % par an et une part de 12 % de la production. Tout en se parant de douceur, les vins gardent un profil frais dont l’IGP s’est fait une marque de fabrique. « Les 20 à 30 ans le consomment à l’apéritif », commente Alain Desprats, directeur du syndicat des producteurs de l’IGP.

La percée du cépage gros manseng

Ce développement s’accompagne de la montée en puissance du cépage gros manseng. S’il est sensible au stress hydrique, sa peau épaisse le rend adapté au passerillage. Il est devenu le deuxième cépage le plus planté de l’appellation derrière le colombard et devance désormais l’ugni blanc. « Il apporte de la tenue, du volume en bouche, de la complexité », souligne Olivier Dabadie, le président de la section interprofessionnelle des vins IGP côtes de gascogne. Les moelleux et doux sont vendus 6 à 9 euros en moyenne et titrent autour de 12,5 % Si leur succès est avant tout franco-français, Olivier Dabadie constate que certains marchés comme l’Allemagne commencent à s’y intéresser.

La mise en avant des cépages locaux étant le socle de la stratégie de l’IGP, l’appellation se lance dans le projet "idéotypes" pour obtenir des variétés résistantes à partir de ses cépages autochtones. Chiffré entre 500 000 à 600 000 euros sur quinze ans, il est mené avec les vignobles voisins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Beaujolais : 30 % de pertes suite à la grêle
Dimanche 18 août en fin de journée, la grêle s’est invitée sur les terroirs des Pierres Dorées, un secteur pourtant protégé par…
Vignette
Le soufre a-t-il accentué les effets de la canicule ?
Les applications de soufre avant l’épisode de canicule du 28 juin dernier ont parfois aggravé les symptômes observés de brûlures…
Vignette
A Bergerac, le Quai Cyrano défend l’oenotourisme
La maison des vins de Bergerac et Duras et l’Office de tourisme partagent désormais une même adresse à Bergerac, face à la…
Vignette
Le tri de la vendange version haut de gamme
Depuis une dizaine d’années, plusieurs fournisseurs proposent des équipements de tri automatiques perfectionnés : optiques ou…
Vignette
Un projet pour coconstruire l’adaptation au changement climatique
Le projet Climenvi, lauréat 2017 de l’appel à projets Partenariat européen pour l’innovation a débuté début juillet 2019.…
Vignette
Les biofilms microbiens à l’épreuve de la science
 Les biofilms, des agglomérats de microorganismes adhérant à un support, serait une forme de résistance aux produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole