Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sud-Ouest
Les côtes de gascogne montent en douceur

Toujours dynamique, l’IGP du Sud-Ouest qui produit 85 % de blanc ne se contente plus de se développer à l’export mais progresse aussi sur le marché français. Dans un marché hexagonal plutôt terne, l’IGP côtes de gascogne affiche une progression de 5,7 % en volume et de 10,2 % en valeur pour ses ventes en grande distribution en 2018.

Le succès du segment des moelleux et des doux pousse la croissance. Le volume a grimpé de 67 764 hl en 2014-2015 à 97 705 hl en 2018-2019, soit une croissance moyenne de 10 % par an et une part de 12 % de la production. Tout en se parant de douceur, les vins gardent un profil frais dont l’IGP s’est fait une marque de fabrique. « Les 20 à 30 ans le consomment à l’apéritif », commente Alain Desprats, directeur du syndicat des producteurs de l’IGP.

La percée du cépage gros manseng

Ce développement s’accompagne de la montée en puissance du cépage gros manseng. S’il est sensible au stress hydrique, sa peau épaisse le rend adapté au passerillage. Il est devenu le deuxième cépage le plus planté de l’appellation derrière le colombard et devance désormais l’ugni blanc. « Il apporte de la tenue, du volume en bouche, de la complexité », souligne Olivier Dabadie, le président de la section interprofessionnelle des vins IGP côtes de gascogne. Les moelleux et doux sont vendus 6 à 9 euros en moyenne et titrent autour de 12,5 % Si leur succès est avant tout franco-français, Olivier Dabadie constate que certains marchés comme l’Allemagne commencent à s’y intéresser.

La mise en avant des cépages locaux étant le socle de la stratégie de l’IGP, l’appellation se lance dans le projet "idéotypes" pour obtenir des variétés résistantes à partir de ses cépages autochtones. Chiffré entre 500 000 à 600 000 euros sur quinze ans, il est mené avec les vignobles voisins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
La radulanine A, un potentiel substitut naturel au glyphosate

Qu’est-ce que la radulanine A ?

Il s’agit d’une…

Vignette
Protéger la vigne du mildiou et de l'oïdium grâce à des micro-injections de produits phytosanitaires dans le cep
Des essais de micro-injection dans le cep ont été réalisés dans le cadre du projet Preamisse sur mildiou et oïdium pendant trois…
Vignette
L’urine testée comme engrais pour les vignes
Basée à Montpellier, la start-up Ecosec cherche à valoriser l’urine recueillie dans les toilettes sèches qu’elle conçoit en tant…
Vignette
Le trèfle souterrain pour l’enherbement permanent des vignes
En région nantaise, à l’initiative de la coopérative d’approvisionnement CAMN, des producteurs testent l’enherbement permanent…
Vignette
Le déchaumeur à disques indépendants, un bon outil de mulchage
À la tête de deux EARL, Pierre-Emmanuel Lamy est équipé depuis deux ans de deux déchaumeurs à disques indépendants.
Vignette
La séparation entre vente et conseil de phyto aura bien lieu
Le gouvernement n’a rien lâché malgré les critiques acerbes de la coopération et du négoce. L’ordonnance sur la séparation de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole