Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Défauts organoleptiques
Les conseils de l´ITV pour 2004

La lutte contre les problèmes terreux passe d´abord par la prévention et la lutte anti-botrytis. Mais, pour les vins contaminés, des traitements interdits au lait ou à l´huile de pépin de raisin limitent les dégâts.


L´essentiel de la lutte doit être préventif, pour éviter la formation de moisissures sur les raisins. L´ITV conseille donc de tout mettre en oeuvre à la vigne pour améliorer le microclimat et l´aération des grappes (maîtrise de la vigueur par enherbement, éclaircissage, effeuillage.), de traiter contre les tordeuses avec des RCI pour éviter les blessures des baies et de traiter les parcelles sensibles au Botrytis. Il est également judicieux d´observer l´intérieur de quelques grappes en fin de maturation, c´est à dire de les couper en deux et de les sentir, même en l´absence visuelle de Botrytis. En cas de récolte manuelle, un tri des grappes douteuses pourra être effectué à la récolte.
En vinification, l´impact des différentes pratiques oenologiques n´est pas encore bien connu, même si on suppose que les macérations prolongées augmentent les risques. Pour les blancs, il est donc conseillé de débourber sévèrement.

Le lait ou l´huile en dernier recours
Par contre, une fois le vin contaminé, il est difficile d´éliminer les odeurs ou les goûts. On sait que la géosmine a tendance à se dégrader naturellement dans le temps, et ce d´autant plus que la température de stockage du vin est élevée. « Il faut deux mois de conservation à 20 ºC pour noter une diminution de 50 % de la teneur et 8 mois à 10 ºC », confirme Philippe Darriet de la Faculté d´oenologie de Bordeaux. Mais cette dégradation est loin d´être suffisante pour éliminer les faux goûts quand les teneurs en géosmine atteignent 400 ng/l, comme ce fut le cas pour certains vins du millésime 2002. Car le seuil de perception de la géosmine n´est que de 60 ng/l. En dernier recours, on peut tenter l´ajout de produits désodorisants bien connus mais interdits par la réglementation, sauf à titre expérimental. L´ITV a comparé, en laboratoire ou en cave expérimentale, l´efficacité de plusieurs remèdes de ce type : lait entier frais, différentes huiles végétales, paraffine, charbon désodorisant mais aussi PVPP et caséine.

« Les plus efficaces sont le lait entier frais et l´huile de pépin de raisin fraîche, estime Valérie Lempereur d´ITV France. Dans nos essais, ils ont éliminé entre 56 et 83 % de la géosmine. » Le lait entier, facile d´emploi, est incorporé au cours d´un remontage avec brassage à la dose de 1 à 2 l/hl, puis soutirage après 24 à 48 heures. L´huile s´ajoute à plus faible dose, environ 0,20 l/hl, mais en la pulvérisant pour faciliter le contact huile/vin et pendant 2 à 4 jours. Mais ces traitements dépouillants ne sont pas sans effets secondaires sur la qualité des vins et ne garantissent pas non plus l´élimination totale du problème si les teneurs initiales sont élevées.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Le satellite pour surveiller en temps réel l’état hydrique des parcelles de vigne

De quoi s’agit-il ? Le chercheur israélien David Helman et son équipe ont essayé d’…

Marjana Martinic, ancienne vice-présidente de l’Alliance internationale pour une consommation responsable (IARD). © G. Perrin
" Il y a des solutions plus efficaces pour réduire l’abus d’alcool que le Dry January »
Lors du colloque international consacré à la Prohibition du 5 au 9 novembre à Reims, une session était consacrée…
Un bilan très positif pour l’édition 2019 du Sitevi
Avec une fréquentation en légère hausse par rapport à 2017, le Sitevi conserve son statut de salon incontournable pour les…
Vignette
De l’expérimental à la cuvée sur-mesure
En Champagne, Julien Launois a commencé par tester l’impact des différentes chauffes d’un fût sur ses vins. Puis, celui de la…
Avec sa benne et son blocage de différentiel, le Jobber EV5 peut répondre aux attentes de certains viticulteurs. © Deltamics
Le courant passe pour les quads et les SSV
L’offre en quad et SSV électriques est encore très restreinte. Mais de nouveaux modèles, plus adaptés à la viticulture, sont…
Thomas Gomes (à droite) et Guillaume Clemenceau ont commencé par travailler la syrah sur une parcelle de Maury, avant de décider de planter ce cépage sur leurs domaines respectifs situés dans le vignoble de Bordeaux. © J. Gravé
La syrah fait de nouveaux adeptes dans les vignes
Avec le réchauffement climatique, de plus en plus de vignerons cherchent des solutions dans l’encépagement. Expérimenter la syrah…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole