Aller au contenu principal

fiche biodiversité
Les collemboles, premier maillon de la chaîne de décomposition de la matière organique

Les collemboles sont parmi les premiers arthropodes à avoir colonisé notre planète il y a 400 millions d’années. Ce sont de véritables décomposeurs de la matière organique qui jouent un rôle majeur dans la vie des sols.

Collembole de la famille des Poduromorphes (Billobella aurentiaca). © P. Garcelon
Collembole de la famille des Poduromorphes (Billobella aurentiaca).
© P. Garcelon

Les collemboles sont partout : dans les sols agricoles et forestiers, sur l’eau en bordure des étangs, en haute montagne, dans les déserts, les grottes et même sous des latitudes polaires. « Plus de 8 000 espèces de collemboles ont été répertoriées dans le monde, observe Philippe Garcelon, entomologiste spécialiste des collemboles. Dans certains habitats très favorables pour ces précieux insectes, comme les forêts, leur densité peut atteindre 300 000 individus par m2. » Ces très petits hexapodes (Arthopodes possédant trois paires de pattes) font partie du premier maillon de la chaîne de décomposition de la matière organique et sont d’ailleurs considérés comme d’excellents bioindicateurs de la vie des sols.

Caractéristiques

Biologie et mode de vie

« Les collemboles affectionnent plutôt les milieux humides, explique Philippe Garcelon, pendant la période estivale, ils se réfugient dans les couches inférieures des sols où ils limitent leurs mouvements. » Il est donc plus facile de les voir évoluer à la fin de l’automne, en hiver ou au printemps, même si ces animaux minuscules (0,25 à 4,5 mm) sont difficiles à observer. « Pour espérer les voir, il faut soulever délicatement les tapis de feuilles mortes », recommande l’entomologiste. Les collemboles disposent de caractères communs : des pièces buccales rentrées dans la tête (ce qui les différencie des insectes), des antennes segmentées, 3 paires de pattes rattachées aux 3 segments thoraciques, et 6 segments abdominaux. L’alimentation des collemboles est constituée de végétaux en décomposition mais comporte aussi des micro-organismes ou des champignons. Leur reproduction peut être sexuée ou asexuée (parthénogenèse).

Collembole de la famille des Symphyléones (Dicyrtomina ornata). © P. Garcelon

Rôle

Les collemboles jouent un rôle important dans la dégradation de la matière organique, tant du fait de leur abondance que de leur diversité, y compris en sols agricoles. Dans la mesure où ils se nourrissent de matière en décomposition (comme les feuilles) et de micro-organismes, ils fragmentent ainsi la matière organique, régulent les populations de micro-organismes. Par leurs déjections, ils amorcent le travail des bactéries qui libèrent des éléments fertilisants comme l’azote. Grâce à ces fonctions, les collemboles sont considérés comme de bons bioindicateurs de la qualité des sols. Pour preuve, le collembole Folsomia candida est à la base de la norme qualitative des sols ISO 11267.

Préservation

« Pour préserver les collemboles, souligne Philippe Garcelon, il convient de raisonner l’utilisation des engrais chimiques, mais aussi des produits phytosanitaires qui peuvent être fatals à la vie de ces minuscules auxiliaires. » Il est également recommandé d’éviter des façons culturales trop profondes qui conduisent à remonter vers la surface des couches du sol profondes exposant ainsi les collemboles à la déshydratation et les privant des matières organiques enfouies. Une étude réalisée par l’Unité santé et agroécologie du Vignoble (Inrae-Bordeaux Sciences Agro) dans les vignobles du Libournais et de l’Entre-deux-Mers, montre par ailleurs que les parcelles conduites en agriculture biologique abritent plus de collemboles (+ 30 %), mais que « le cuivre accumulé dans le sol est défavorable aux collemboles », souligne Brice Giffard, enseignant chercheur à Bordeaux Sciences Agro. La mise en œuvre de l’enherbement dans les parcelles viticoles semble également jouer un rôle favorable.

Le collembole Folsomia candida est utilisé en tant que marqueur écotoxicologique de la vie des sols. © P. Garcelon

 

Les collemboles sont classés au sein d’une trentaine de familles réparties en quatre ordres : les Poduromorphes (3 372 espèces), les Entomobryomorphes (4 182 espèces), les Symphypléones (1 261 espèces) et les Neelipléones (59 espèces).

Le collembole est un maillon essentiel du processus de décomposition organique : il attaque l’épiderme de la feuille tombée au sol. Cette feuille rongée est alors attaquée par des larves, bactéries et champignons. Le collembole poursuit son travail sur les nervures et parties ligneuses ramollies, puis en se déplaçant, il dépose ses déjections sur le substrat ouvrant un plus large champ d’action aux bactéries.

Pour en savoir pluscollemboles.fr et siteatelier-bacchus.com/fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant dans le Maine-et-Loire estime que le gros avantage des roues Kress est sa vitesse de travail, autour de 8km/h : " ça dépote" dit-il. © J.GRAVE
« Les doigts Kress, pour des jeunes vignes c’est parfait »
Dans le Maine-et-Loire, Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant, dispose de tout un arsenal d’outils de travail du sol…
 © J. Grave
La HVE revoit ses IFT de référence à la baisse
Fin janvier la Commission nationale de la certification environnementale a annoncé une modification des IFT de référence pour le…
 © X. Delbecque
Des brosses intercep, pour un coup de propre rapide du rang de vigne
Les outils à brosses métalliques réalisent un faible travail du sol, mais ils se montrent intéressants lorsque les sols sont…
 © D. Esquiro
« On laisse le Heric attelé et dès qu’on a le temps on va dans les vignes »
David Esquiro, vigneron à Mirepoix dans le Gers, au domaine de la Higuère, cultive 30 hectares de vigne en IGP côtes-de-Gascogne…
Tracteur New Holland TK Methane Power Réussir
Deux chenillards New Holland biométhane pour le millésime 2025 Barolo zéro émission
Dans le Piémont, la cave Fontanafredda et le motoriste FPT (Fiat Powertrain) ont décidé d’unir leurs forces pour produire la…
 © SabiAgri
[ Vidéo ] « Avec les lames, nous avançons dans les vignes jusqu’à 7 km/h »
Sabi Agri a testé les lames Braun montées sur un enjambeur ou un interligne électrique dans différents types de vignobles durant…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole