Aller au contenu principal

Le rendez-vous Experts IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne

Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une stratégie de gestion de la flore adventice, de réorganiser le travail, de connaître l’offre matérielle disponible. L’approche est à la fois plus technique avec des réglages à maîtriser, et plus agronomique pour éviter les impacts indésirables sur la production.

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
L'anticipation de la croissance des adventices ainsi que le réglage de la profondeur de travail et du centrage figurent parmi les points déterminants pour optimiser le désherbage mécanique.
© IFV

Adopter une nouvelle stratégie d’intervention

Anticiper la croissance des adventices

Il faut anticiper la croissance des mauvaises herbes car les outils interceps ne sont pas conçus pour débroussailler. Plus les herbes sont développées, plus il y a de cohésion entre leurs racines et la bande de terre travaillée, et plus il y a de risques de bourrage (avec les outils rotatifs notamment). Il est donc plus difficile d’arriver à la fragmentation voulue pour bien désherber et les réglages seront plus fastidieux.
Stratégiquement, l’anticipation implique de réaliser une première intervention dès mi-février si l’état du sol le permet, à condition que la parcelle soit accessible. Cette première intervention a pour objectif principal de créer des conditions favorables (sol déjà travaillé, peu d’herbe) à la gestion du printemps, qui est la période la plus critique. Pendant la période estivale, l’entretien peut être plus rapide si le printemps a été bien géré. Après la récolte, une intervention est envisageable pour casser les levées automnales ou reformer le cavaillon.

À noter que le désherbage peut être imparfait, dans l’espace et dans le temps, l’action des outils n’ayant pas de persistance. Il subsiste donc une petite concurrence des adventices pour l’eau et pour l’azote.

Gérer les déplacements de terre

La gestion des déplacements de terre est cruciale, que cela soit dans une stratégie de chaussage-déchaussage ou dans un travail plus léger. Il faut maintenir une bande de terre meuble sur laquelle il est facile d’intervenir. Alterner les outils permet de gérer les déplacements de terre et évite l’apparition de lissages dans le sol à force de passages répétitifs.

Prendre en compte le reste de l’itinéraire technique

C’est important pour l’épamprage notamment : selon la planéité du sol, les pampres sont plus ou moins accessibles aux moyens mécaniques d’épamprage. La gestion des fils releveurs est à prendre en compte également pour éviter que ceux-ci ne soient au sol au moment du désherbage mécanique.

Connaître le potentiel des outils disponibles

Les décavaillonneuses

Elles fonctionnent en découpant une bande de terre et en la retournant, avec un soc versoir. Ces outils sont très efficaces mais présupposent qu’il existe un cavaillon formé au-dessus du niveau de l’interrang pour éviter de creuser et de toucher les racines superficielles des ceps. La gestion du déplacement de terre induit fait partie de la stratégie à mettre en place. La vitesse de travail est limitée avec ce type d’outil.

Les houes rotatives

Elles sont intéressantes dans un sol meuble et frais pour leur impact de désherbage important. Elles sont limitées en vitesse

Les houes rotatives désherbent par sectionnement, arrachage et dispersion.  © IFV

d’avancement pour avoir le temps de travailler de part et d’autre du pied de vigne. Elles désherbent par sectionnement, arrachage et dispersion. De fait, il existe un déplacement de terre induit de manière diffuse avec ces outils, qu’il faut surveiller, sous peine de déchausser progressivement les vignes.

Bon à savoir
Il existe des houes rotatives spécialement conçues pour ne pas trop déplacer de terre. Une centrale hydraulique est recommandée pour éviter la surchauffe du circuit hydraulique du tracteur.

Les lames bineuses

Les lames bineuses réalisent un travail d'entretien plutôt superficiel. La vitesse de travail  idéale est de 4-5 km/h. © IFV

Elles réalisent un travail d’entretien plutôt superficiel. Elles soulèvent une bande de terre et le désherbage n’est assuré que si celle-ci se fragmente pour dissocier les mottes et les racines des adventices.

Bon à savoir
La vitesse de travail idéale avec ces outils est plutôt élevée, vers 4-5 km/h, pour assurer la fragmentation. Le résultat peut être accentué avec divers dispositifs de fragmentation simplement fixés sur les lames.

Les brosses sur axe horizontal

Les brosses réalisent un travail à mi chemin entre le désherbage mécanique et la tonte © IFV

Elles réalisent un travail à mi-chemin entre le désherbage mécanique et la tonte. Elles sont utiles pour maîtriser la flore adventice par une action agressive au sol ayant l’avantage de brosser le cep et donc d’épamprer lorsque c’est le moment, en laissant l’état de surface du sol à plat.

Lire aussi notre dossier : Les 7 familles d'intercep

Des systèmes d’effacement variés

Le porte-outil intercep est la base sur laquelle viennent se fixer les différentes catégories d’outils. Elle contient le dispositif d’effacement, sur pivot, ou sur un parallélogramme déformable. La différence est le mouvement relatif de l’outil par rapport au pied de vigne, qui est perpendiculaire au sens d’avancement dans le cas du parallélogramme déformable. L’effacement est soit complètement mécanique, ce qui suppose un appui fort contre le cep, soit assisté avec un vérin hydraulique ou pneumatique.

Bon à savoir
Ces solutions d’assistance permettent de gagner en réactivité dans des sols difficiles à travailler, ou quand le volume de terre à déplacer est important. Le déclenchement hydraulique permet aussi de retirer un outil devant un jeune complant sans s’appuyer sur celui-ci.

Optimiser le travail par le réglage des outils

La profondeur de travail détermine la résistance rencontrée par l’outil dans le sol

L’action de désherbage étant plutôt superficielle, il est inutile de chercher trop de profondeur, c’est une source de complication dans les réglages puisqu’il devient plus difficile de trouver le bon compromis entre la vitesse et la réactivité des outils pour éviter les souches.

Le centrage des outils est un réglage déterminant

Il permet le bon positionnement par rapport à la ligne des souches : si on cherche un croisement excessif du travail des outils sur cette ligne, le débattement du système d’effacement sera lui aussi important et demandera plus de temps qu’avec un croisement minimum, au détriment de la vitesse de travail, et avec un risque supérieur de blessures sur le tronc.

Le pare-cep est à régler en fonction des caractéristiques des pieds de vigne

S’ils sont établis de façon très droite et très bien alignés, le réglage peut chercher une approche maximum pour limiter la zone non désherbée. À l’inverse, dans des parcelles moins idéales, une marge de sécurité est nécessaire : on cherchera un déclenchement du retrait quelques centimètres avant la souche. Pour limiter la prolifération d’adventices dans cette zone, on peut équiper les outils de cure-ceps, pièces mobiles articulées en bout de lame ou derrière le porte-outil, dont l’objectif est de venir au contact pour fractionner la bande de terre de sécurité. Idéalement, le pare-cep suit le sol, pour éviter de détecter le tronc d’un pied de vigne penché trop tôt, ou plus grave, trop tard.

Bon à savoir
Selon l’état de surface du sol, la présence de grosses mottes ou de cailloux, ou la présence de mauvaises herbes très développées, on peut être amené à relever le pare-cep. Les réglages de base que sont la profondeur, le centrage et la marge de sécurité ont encore plus d’importance dans le cadre d’une transition du désherbage chimique vers le désherbage mécanique car pendant cette période, il y a plus de risques de rencontrer des racines superficielles de taille importante dans la zone de travail, avant que le réseau racinaire ne puisse éventuellement se redéployer
.

Quel coût ?

Le surcoût directement lié à la substitution des herbicides par du travail mécanique est de l’ordre de 200 à 300 euros par hectare en vignes larges, et ne prend pas en compte la réorganisation du travail qu’elle implique sur les exploitations.

Retrouvez les autres rendez-vous Experts IFV

Plantation d'une vigne : il faut savoir anticiper

Régénérer les cèpes face aux maladies du bois

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne
Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole