Aller au contenu principal

En cave
Les champs électriques pulsés efficaces contre les brett

Le traitement aux champs électriques pulsés (CEP) permet d’éliminer efficacement les levures d’altération Brettanomyces sur vin fini selon les premiers résultats d’expérimentations menées par l’IFV.

La technique des champs électriques pulsés, non autorisée sur vin et testée par l’IFV, permet de réduire efficacement les populations de Brett dans les vins. De nouveaux essais sont lancés pour confirmer ces premiers résultats.
La technique des champs électriques pulsés, non autorisée sur vin et testée par l’IFV, permet de réduire efficacement les populations de Brett dans les vins. De nouveaux essais sont lancés pour confirmer ces premiers résultats.
© DR


« Des essais menés en 2002 et 2003 ont testé l'efficacité des traitements au CEP sur l'élimination des levures Brettanomyces, des bactéries lactiques et des bactéries acétiques des vins en cours d'élevage et avant mise en bouteille. La pérennité de l'effet du traitement a été mesurée par des contrôles microbiologiques après 10 jours, 7 mois et 2 ans de conservation en bouteille » explique Emmanuel Vinsonneau, de l'IFV de Bordeaux. Et les premiers résultats montrent que le traitement au CEP est efficace contre les Brett. « Les populations de Brett présentes dans un vin en cours d'élevage à 105 UFC/mL diminuent à moins de 10 UFC/mL après traitement. L'efficacité dure 21 jours sans ajout de SO2 ; elle est renforcée et conservée dans le temps lorsque le vin possède une valeur de SO2 libre de 30mg/L » précise Emmanuel Vinsonneau. Côté dégustation, « le traitement au CEP n'altère pas les qualités organoleptiques des vins », note le chercheur.

Pas encore efficace contre les bactéries.

En revanche, les résultats obtenus sur les bactéries acétiques et lactiques sont peu probants. « Cette technique consiste à diffuser dans le vin un champ électrique intense sous formes de courtes impulsions répétées. Ce champ électrique provoque la rupture de la membrane des microorganismes, mais le taux d'inactivation dépend notamment de la nature de ces derniers et du mode opératoire. De nouveaux essais, lancés en 2006 et toujours en cours, visent à déterminer plus finement la forme des impulsions et leur intensité pour cibler les bactéries. Ils vont aussi permettre de valider les résultats obtenus sur les Brett et de comparer cette technique, non autorisée sur vin, à la microfiltration tangentielle et à la flash pasteurisation », précise Jean-Michel Desseigne, de l'IFV de Nîmes .

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole