Aller au contenu principal

Oenologie
L´élevage sur levures sèches expérimenté dans le Languedoc

Méthode expérimentale alternative à un élevage classique sur lies, l´ajout de levures sèches actives du commerce sur du vin rouge élevé en fût est jugé intéressant par l´ICV.


Peut-on élever des vins rouges sur lies sans leur ajouter des lies de vin rouge ? L´Institut coopératif du vin (ICV) s´est posé la question dans le Languedoc, dans le cadre d´une vaste expérimentation sur l´élevage en barrique. « Les lies de vin rouge peuvent être facilement contaminées par des micro-organismes indésirables, comme des lactobacilles, des pédiocoques ou des brettanomyces, explique Lucile Blateyron, responsable recherche et développement à l´ICV. Elles demandent une surveillance microbiologique et gustative très importante. »

Problèmes de montée en volatile ou de faux goûts
Les problèmes de montée en volatile ou de faux goûts ne sont en effet pas rares lors d´élevage sur lies en barrique. Pour y remédier, l´Institut a testé l´ajout de levures sèches actives du commerce sur des vins soutirés élevés en barriques. Leur composition se rapproche de celle des lies, essentiellement constituées de levures de fermentation. « Nous avons opté pour des levures ICV D254, précise Daniel Granès, directeur de l´ICV de Narbonne, car elles sont connues pour leur capacité à relarguer beaucoup de mannoprotéines qui apportent du gras au vin. » Question dose d´apport, « il faut tabler sur 100 g/hl ». Tout comme pour des lies classiques, les résultats ne sont notables en dégustation qu´après 2 à 3 mois d´élevage et de bâtonnage. « L´intérêt en dégustation est réel quel que soit le cépage testé, syrah, carignan, mourvèdre, et quelque soit le type de macération de la vendange, classique ou carbonique », estime Lucile Blateyron.

« Les levures apportent effectivement du volume au vin, des notes aromatiques plus fruitées, les vins sont plus nets, plus ouverts et prêts à boire plus rapidement, confirme Michel Marty, oenologue à la cave Tuchan, qui a suivi les essais de l´ICV. Et la technique est beaucoup plus facile à maîtriser qu´un élevage sur lies classique, il y a moins de surveillance des micro-organismes. » Par contre les levures coûtent cher. « C´est plus économique de travailler avec les lies sur les grands volumes », juge Michel Marty. Ce que relativise Daniel Granès : « 100 g/hl de levures reviennent à 2,5 euros/hl, soit à peu près 2 centimes par bouteille. C´est rentable pour des vins vendus à 5-7 euros comme le fitou ».
Par contre l´ajout de levures se heurte à un problème de taille : la législation actuelle n´autorise l´élevage que sur des lies fraîches, pas sur des levures sèches, autorisées qu´à titre expérimental...
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole