Aller au contenu principal

glyphosate
Le Sénat adopte l’amendement sur le crédit d’impôt pour accompagner la sortie du glyphosate

Dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) pour 2021, les sénateurs ont adopté samedi 5 décembre l’amendement sur le crédit d’impôt temporaire d’un montant de 2500 €, dont pourront bénéficier ceux qui décident d’arrêter le glyphosate en 2021 et/ou 2022.

© JC. Gutner

Lors de son audition sur la PAC par les parlementaires, le jeudi 26 novembre, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a soutenu que la transition agroécologique de l’agriculture française ne pouvait se faire sans création de valeur. Or, sans certifications, l’arrêt du glyphosate ne crée pas de valeur, au contraire. « En viticulture, la perte moyenne d’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) [due à l’arrêt du glyphosate] est de 7% pour l’exploitation, soit un surcoût moyen de 250€/ha » a indiqué le ministère de l’Agriculture, citant les travaux de l’INRAe sur le sujet.

La même étude réalisée en grandes cultures montre que la sortie du glyphosate " entraîne une perte d’EBE allant jusqu’à 16 % pour des grandes cultures en semis direct soit un surcoût allant jusqu’à 80 € par hectare, soit jusqu’à 7 000€ pour une exploitation de taille moyenne de 87 hectares", a développé le Ministère.

Lire aussi " Pesticides : le mancozèbe bientôt interdit "

Une mesure temporaire

C’est donc pour encourager une « transformation durale et soutenable de notre système de production » que le Sénat a adopté l’amendement « permettant la mise en place d’un crédit d’impôt temporaire d’un montant de 2 500 € pour soutenir les entreprises agricoles qui déclarent en 2021 et/ou 2022 qu’elles n’utilisent plus de produits phytopharmaceutiques contenant la substance active glyphosate », rapporte le Ministère. Ce crédit d’impôt, proposé dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) pour 2021, s’ajoute à ceux pour l’agriculture biologique et la Haute Valeur Environnementale (HVE). Ce crédit vise spécifiquement les filières viticulture, arboriculture et grandes cultures. Début octobre, l'Anses, publiait ses nouvelles recommandations d'usage de l'herbicide en vigne, incluant de nouvelles restrictions.

« Au-delà de ce crédit d’impôt, l’État investira 80 millions d’euros supplémentaires pour abonder la prime à la conversion des agroéquipements prévue dans le plan de relance, désormais dotée de 215 millions d’euros », complète le Ministère.

Lire aussi " Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum "

 

Sur Brut, Macron évoque une distorsion de concurrence pour expliquer l’échec de la sortie du glyphosate

Dans un entretien accordé au média 100% vidéo Brut le 4 décembre, Emmanuel Macron a évoqué l’échec de la sortie du glyphosate à la date qu'il avait annoncée. En novembre 2017, le chef de l’État avait indiqué que la France cesserait d’utiliser l’herbicide controversé « au plus tard dans trois ans ». « Je n'ai pas changé d'avis sur cet objectif, mais je n'ai pas réussi à l'accomplir », a déclaré le chef de l’État, plaidant un « échec collectif ». Pour expliquer cet échec, Emmanuel Macron a évoqué une « distorsion de concurrence », alors qu’aucun pays européens à l’exception du Luxembourg n’a mis en place une stratégie de sortie. Le chef de l’État avait déjà revu sa feuille de route en janvier 2019, expliquant que l’arrêt du glyphosate « tuerait notre agriculture ». « Quand on veut lutter contre les pesticides, c'est l'Europe le bon niveau », a-t-il argumenté sur Brut.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les éoliennes verticales que construit Denis Marchand sont constituées de pales métalliques qui animent un mât. Ce dernier est relié à un alternateur.
[Astuce] « J’ai confectionné une éolienne pour mon exploitation »
Denis Marchand est agriculteur à Avançon, dans les Hautes-Alpes, et fabrique ses propres éoliennes pour son exploitation. Voici…
Le conseil stratégique est un moment d'échange avec le vigneron, qui permet de poser un diagnostic et de donner des orientations pour améliorer l'utilisation des phytos.
Pensez à demander votre conseil stratégique avant de risquer votre Certiphyto
La loi impose aux viticulteurs qui ne sont ni en bio ni en HVE de justifier de deux conseils stratégiques phytosanitaires en cinq…
Prix des vignes en France
Quel prix des vignes par bassins viticoles et AOP en 2021 ? Retrouvez le barème indicatif
Le ministère de l’agriculture vient de publier un barème indicatif pour le prix des vignes en 2021, par bassins viticoles et AOP.
Huit variétés de vigne s'ajoutent au classement
Lors du Conseil spécialisé vin de FranceAgriMer du 12 juillet, huit variétés de vigne à raisins de cuve ont reçu un avis…
vendanges
Des vendanges 2022 précoces et autour de 44 millions d’hectolitres
Une récolte attendue entre 42,6 et 45,6 millions d'hectolitres, ce sont les prévisions de vendange 2022 diffusées par le service…
En cas de présence de symptômes de mildiou, il faudra  continuer à effectuer des traitements préventifs avant de nouvelles pluies pour éviter des recontaminations.
Optimiser le cuivre face au mildiou de la vigne
Du fait de leur toxicité sur les microorganismes du sol et les organismes aquatiques, les traitements cupriques doivent être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole