Aller au contenu principal

fiche biodiversité
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone

Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute surveillance car il est présent en Italie et en Suisse.

Le scarabée ou hanneton japonais (Popillia japonica) est désormais présent en Suisse et en Italie où son extension sur plusieurs milliers d’hectares ne permet plus d’envisager l’éradication mais au mieux un enrayement. Ce coléoptère, originaire du nord du Japon et de l’Extrême Orient russe est également observé dans certains vignobles des États-Unis. « C’est un insecte très polyphage qui se nourrit sur près de 300 plantes hôtes et qui peut provoquer des dégâts conséquents dans les jardins, et espaces verts, et dans de nombreuses cultures dont la vigne », explique Jérôme Jullien, expert national en surveillance biologique du territoire au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. En 2019, la Commission européenne a classé ce ravageur « organisme nuisible de quarantaine prioritaire », au même titre que la bactérie Xylella fastidiosa. Des plans de surveillance sont mis en place sur toute l’Europe et un plan d’urgence est prévu en cas de détection de l’insecte sur le territoire français avec pour objectif de mettre en œuvre tous les moyens utilisables pour éviter la propagation du scarabée japonais, et dans la mesure du possible d’éradiquer les foyers émergents.

 

Caractéristiques

Reconnaissance et biologie

L’adulte mesure environ 10 mm de long et 6 mm de large. Son abdomen, son thorax et sa tête sont vert métallique. Il est doté d’élytres brun cuivré et de touffes de soies blanches sur tout le pourtour de l’abdomen, ce qui le différencie d’autres coléoptères présents en France comme le hanneton des jardins. Les larves sont plus difficilement identifiables malgré une rangée d’épines sur la face ventrale du dernier segment abdominal disposée en forme de V. Popillia japonica passe l’hiver à l’état larvaire dans les couches profondes du sol. Au printemps, dès que la température dépasse 10 °C, les larves migrent vers l’horizon de surface et se nourrissent de racines. Les adultes émergent entre la mi-mai et fin juillet, suivant les latitudes, et vivent entre 30 et 45 jours. Il y a souvent une seule génération par an, mais à la limite nord de la distribution de l’insecte, certains individus peuvent requérir deux ans pour compléter leur cycle.

Nuisibilité et transmission

Dégâts du scarabée japonais sur vigne aux États-Unis. © W. Cranshaw/CSU

Le scarabée japonais est nuisible au stade larvaire et au stade adulte. Les larves consomment les racines des plantes hôtes. Dans les vignes, ces attaques printanières peuvent entraîner un dépérissement des parties aériennes, en particulier sur les jeunes plants. Les attaques d’adultes se traduisent par des feuilles décapées et un limbe rongé, donnant un aspect de dentelle. Les fleurs et les fruits peuvent également être attaqués.

Lutte

En France, où le scarabée japonais n’a pas été observé, une surveillance renforcée est mise en œuvre en particulier dans les territoires situés à proximité de l’Italie et de la Suisse (Paca, Auvergne Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté) avec la mise en place de pièges spécifiques. Mais tout le territoire est sous surveillance, car le scarabée japonais peut être véhiculé à la faveur d’échanges internationaux sur des emballages, des voitures, des bateaux ou dans des avions. Une attention particulière est accordée au matériel végétal destiné à une remise en culture car les larves peuvent être transportées par la terre entourant les racines des plants. « La lutte contre ce coléoptère est très compliquée car avec de très nombreuses plantes hôtes, beaucoup de milieux sont en mesure de favoriser une colonisation très rapide », observe Jérôme Jullien.

Principales filières et plantes hôtes : arboriculture fruitière (fruits à coque, fruits à noyau, fruits à pépins, petits fruits, fraises), forêts et bois, grandes cultures (cultures industrielles et fourragères), maïs, jardins et espaces verts, vigne.

Popillia japonica est un insecte coléoptère de la famille des Scarabaeidae.

La femelle s’accouple plusieurs fois et peut produire 40 à 60 œufs.

En cas d’observation, il est primordial de le signaler à la Fredon locale (photo et localisation à l’appui).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole