Aller au contenu principal

Le référentiel HVE va évoluer

Le ministère de la Transition écologique mène en ce moment une étude d’évaluation de la HVE. Ses conclusions devraient aboutir à des modifications du cahier des charges de la certification d’ici le printemps prochain.

Les ministères de l'Agriculture et de la Transition écologique travaillent conjointement à une nouvelle formule pour le label HVE, prévue pour 2023.
© J.Gravé

Quinze ans après sa création, la certification environnementale des exploitations, et notamment le niveau 3 permettant de bénéficier du label HVE, va être modifiée. Lancé au moment du vote du crédit d’impôt HVE, le débat sur le label a repris de plus belle lors de la présentation des arbitrages du Plan stratégique national (PSN) lié à la nouvelle PAC. L’urgence de redéfinir certains points s’est ravivée. Une étude d’évaluation de la HVE, pilotée par le ministère de la Transition écologique « devrait aboutir en début d’année prochaine, en vue d’avoir un référentiel de certification environnementale rénové pour la mise en place des écorégimes en 2023 », a indiqué le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie lors d’un point presse couvert par nos confrères d’Agra Presse.

Lire aussi " Comprendre la démarche HVE "

La création d’un niveau 2 + avec objectifs de résultats en discussion

De multiples propositions sont sur la table, dont la suppression de la voie B, l’interdiction des CMR, ou encore la définition des seuils d’IFT. Il est aussi notamment question de créer un niveau 2 +, un point déjà évoqué par le ministre en janvier dernier. Ce niveau intermédiaire serait associé à des objectifs de résultats, « pour permettre l’accès au niveau de base des écorégimes », selon Agra Presse.

On dénombrait 8 218 exploitations certifiées HVE au 1er juillet 2020, dont 6 699 en viticulture, 644 en arboriculture, 411 en grandes cultures, 340 en maraichage et 158 en bovins viande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Dans le cadre d'un bail, les aménagements d'agroforesterie s'envisagent de façon variable selon que l'intention de plantation intervient alors que le bail se conclut ou si c'est en cours de bail. © J.-C. Gutner/Archives
Parcelles en fermage et agroforesterie viticole : ne plantez pas à la va-vite !
L’agroforesterie viticole fait partie des solutions agroécologiques ayant le vent en poupe. Les notaires de Jurisvin sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole