Aller au contenu principal

Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité

Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des tracteurs interlignes à cabine. Petit tour des technologies proposées par les constructeurs.

La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente.
© Deutz-Fahr

En 2005, Fendt était le premier constructeur à proposer un pont avant suspendu sur les séries 200 V, F et P. Il faudra attendre dix ans pour qu’un autre constructeur, Same, propose un pont avant suspendu sur un tracteur spécialisé. Depuis, les principaux constructeurs de tracteurs ont suivi.

La grande majorité d’entre eux utilise un pont avant monobloc, avec un point d’accroche (deux chez Case IH et New Holland) et d’articulation sous la transmission ou entre la transmission et la base de la cabine, et deux vérins de suspension situés à l’avant ou à l’arrière du pont. Ceux-ci sont connectés à deux ou trois boules d’azote. Selon les marques, ces boules d’azote sont logées sous la cabine, sur le côté de la transmission et/ou à proximité du pont. Dans cette dernière configuration, les concessionnaires les déplacent bien souvent pour ne pas impacter le rayon de braquage. En complément, un système de bielles ou de bridage limite la course verticale, mais également transversale du pont.

Seul, Same Deutz-Fahr se distingue avec un système à double triangulation, la suspension des deux demi-essieux étant pilotée indépendamment de chaque côté.

Plus de confort et moins de secousses en cabine

Le principal argument des ponts avant suspendu est le confort. La course offerte par les vérins de suspension (7 à 11 cm selon les marques) permet de gommer les aspérités du sol. Rares sont les viticulteurs qui reviennent au pont classique, après avoir goûté au pont avant suspendu. « Aujourd’hui, l’option du pont avant suspendu est sollicitée par 99 % de nos clients français », annonce Antoine Brissart, chef produits tracteurs Fendt. Le surcoût (3 500 à 7 000 € selon les marques) de cette option à l’achat du tracteur neuf est quasi intégralement compensé par la plus-value à la revente.

Le gain de confort permet aussi de gagner en productivité, quand les secousses sont un frein à la vitesse d’avancement élevée.

En cabine, l'opérateur dispose de deux commandes minimum pour passer du mode manuel au mode automatique, ou pour monter ou descendre l'avant du tracteur à l'aide de la suspension. © Massey Ferguson

En cabine, le conducteur dispose de commandes pour piloter la suspension de pont avant selon deux ou trois modes. Sur toutes les solutions du marché, en mode automatique, la correction d’assiette s’adapte à la charge et repositionne les vérins de suspension de manière à avoir le maximum de course vers le haut comme vers le bas, donc le maximum d’efficacité. Case IH, Landini, McCormick et New Holland proposent trois niveaux de suspension automatique : souple, intermédiaire et dure. Le conducteur adaptera le niveau en fonction du support sur lequel il roule, du travail à effectuer et de la vitesse à laquelle il circule. Le second usage est un mode manuel : l’opérateur pilote alors manuellement la position des vérins pour monter ou descendre l’avant du tracteur, pour gagner en garde au sol et passer un obstacle ou pour aider à atteler un outil. Ce mode manuel passe en automatique dès lors que le tracteur dépasse une certaine vitesse (2 à 10 km/h selon les marques), ou dès l’instant qu’il avance chez Fendt. Certains constructeurs proposent un troisième mode, à savoir la suspension verrouillée en permanence, un atout lorsque l’on veut travailler avec précision, notamment avec un chargeur frontal.

Une gestion intelligente de la suspension

En plus du mode automatique, certains constructeurs proposent une gestion intelligente de la suspension, en dévers, dans les virages, ou encore en phase d’accélération ou de freinage.

 © New Holland

Pour lutter contre le roulis, Fendt dispose du FSC qui durcit le vérin de suspension de la roue extérieure dans les virages, lui procurant plus de stabilité. Case IH, New Holland, Same et Deutz-Fahr disposent d’une gestion qui, en dévers, durcit le vérin de la roue dans la pente, réduisant le risque de renversement. Ces quatre marques proposent un système anticabrage, notamment lorsqu’on lève un outil lourd arrière ou en phase d’accélération en montée, pour une meilleure stabilité. De même, lors d’un freinage un peu sec, les deux vérins se durcissent pour ne pas arriver en butée, évitant de se retrouver la tête dans le pare-brise.

Avec sa double triangulation, Same Deutz-Fahr propose un contrôle automatique électronique du blocage de différentiel sur l’essieu avant, baptisé DTC. En condition normale, le couple transmis au pont avant est réparti à parts égales entre les deux roues. Si l’une d’entre elles permet de l’adhérence, un blocage de différentiel classique déplace naturellement 100 % du couple vers cette roue, abaissant la traction globale du véhicule. Le DTC fait l’inverse et renvoie le couple vers la roue qui a le plus d’accroche.

Toujours en termes de traction, les constructeurs ne sont pas tous sur la même longueur d’onde, quant au gain apporté par la suspension de l’essieu avant, qui permet de mieux coller au sol. Certains estiment que, comparativement aux tracteurs de grandes cultures, le gain de traction est très minime du fait des faibles largeurs d’outil et des petites montes de pneumatiques, d’autres rappellent qu’il n’est aujourd’hui plus rare de voir des gros pulvérisateurs traînés de 2 000 à 3 000 l emmenés dans les pentes parfois importantes.

 © John Deere
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Le robot de pulvérisation viticole Yanmar YV01 a fait ses premières armes dans le vignoble champenois.
Yanmar robotise la pulvérisation viticole
Le constructeur japonais Yanmar a dévoilé au salon champenois Viteff un robot dédié à la pulvérisation viticole.
31 dossiers ont été retenus par le jury du Sitevi Innovations Awards
Sitevi Innovations Awards - Quels sont les nominés ?
En attendant de connaître les lauréats du Sitevi Innovation Awards, le Sitevi dévoile les nominés que le jury international a…
La ramasseuse de pierres nécessite un travail du sol fin en amont.
Florian Roux, viticulteur : « Je ramasse toutes sortes de pierres dans les vignes »
En Charente-Maritime, Florian Roux s’est équipé d’une ramasseuse de pierres interrangs. Une stratégie alternative au broyage.
Preview image for the video "Vacuum bugV2".
[VIDEO] Vacuum bug aspire les cicadelles de la flavescence dorée
Aspirer Scaphoideus titanus sur les feuilles de vigne plutôt que de traiter pourrait être une voie d'avenir pour limiter les…
Des norias qui glissent
[Astuce] Des norias de machines à vendanger qui glissent
Gilles Di-Blas, vigneron à Maligny (Yonne), a installé un système ingénieux d’injection d’eau sur sa machine à vendanger New…
Pellenc acquiert une part minoritaire d'AgreenCulture.
Pellenc se rapproche des robots autonomes d'Agreenculture
Pellenc prend une participation dans la startup toulousaine Agreenculture. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole