Aller au contenu principal

Oenologie
Le pH, premier facteur de piqûre lactique pour les vins de Bourgogne

L´acidité des vins de Bourgogne, et notamment leur pH, joue un rôle déterminant sur les risques de développement de piqûre lactique, à la fois pendant l´élevage et au cours de la vinification.


Les vins contenant des sucres résiduels sont souvent très surveillés pour prévenir tout risque de piqûre lactique. Car la dégradation des sucres par les bactéries lactiques a vite fait de transformer le vin en vinaigre. Selon l´ITV de Beaune en Bourgogne, le risque de multiplication des bactéries lactiques et donc de piqûre lactique dépend davantage du pH des vins que de leur teneur en sucres résiduels. L´Institut a basé ses observations sur plusieurs vins de pinot noir et chardonnay, pour lesquels il a fait varier artificiellement le pH (3,1 à 3,7) et la teneur en sucres résiduels (1 à 4 g/l). « Pour des niveaux de pH de 3,1 pour les vins blancs et 3,3 pour les vins rouges, la population de bactéries décroît spontanément après la fin de la fermentation malolactique, quelle que soit la teneur en sucre des vins, explique Vincent Gerbaux, responsable de l´étude. Il y a alors peu de risques de piqûre, quelle que soit la teneur en sucres résiduels du vin. En revanche, pour des pH supérieurs, cette population s´accroît, ou au mieux se stabilise. »
Lorsque la fermentation alcoolique se bloque, le risque de piqûre lactique est d´autant plus important que le pH du moût est élevé. ©P. Cronenberger

Sur les pinots noirs, les bactéries ont alors commencé à dégrader l´acide citrique contenu dans les vins et, pour les pH les plus élevés (3,7), ont parfois attaqué les sucres résiduels, avec formation de volatile. Les dégâts sont cependant restés limités dans les essais ITV. « Le métabolisme est peu rapide. La production d´acide acétique, constatée en deux mois, n´a été que de 0,3 g/l (en H2SO4). » Pour les chardonnays, plus acides, le risque est encore plus faible.
En revanche, la casse peut se révéler plus grave lorsque les bactéries lactiques s´implantent précocement dans un moût. Là encore, le niveau de pH joue un rôle. « Pour un moût de pinot noir de pH initial de 3,5, le développement des bactéries lactiques est très rapide lorsque la fermentation alcoolique se bloque. » Les bactéries transforment d´abord l´acide malique et l´acide citrique, avant de s´attaquer aux sucres en produisant régulièrement des acides lactiques et acétiques (1,2 g/l en 3 mois dans l´essai). En comparaison, une situation similaire pour un moût de pH 3,2 a des conséquences très limitées.
« En cas de risque avéré, un traitement chimique ou physique approprié s´impose, pour réduire la population de bactéries dès la fin de la malo, rappelle Vincent Gerbaux. Le lysozyme a déjà démontré son intérêt pour traiter de telles situations. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole