Aller au contenu principal

Le pépinieriste Lilian Bérillon veut réintroduire de la diversité chez les porte-greffes

À Jonquières, dans le Vaucluse, la pépinière de Lilian Bérillon a entamé depuis une quinzaine d’années une réflexion sur la qualité des porte-greffes au sens large. Il s’inquiète de leur appauvrissement génétique et replante des porte-greffes oubliés. Il espère que la sélection massale soit un jour autorisée en pépinière.

Vignes mères de porte-greffes palissées
© L.BERILLON
Lilian Bérillon

À Jonquières, dans le Vaucluse, la pépinière de Lilian Bérillon a entamé depuis une quinzaine d’années une réflexion sur la qualité des porte-greffes au sens large. Car pour lui, on doit attacher autant d’importance au choix et à la réalisation d’un porte-greffe qu’à celle d’un greffon. Or, l’offre de matériel végétal à destination des pépiniéristes, et donc des viticulteurs, est bien moindre. « Il n’existe que très peu de clones, parfois même un seul pour certaines variétés. Nous avons perdu toute une diversité depuis la disparition de la catégorie Élite de nos parents », estime Lilian Bérillon. Un appauvrissement génétique qui lui fait craindre une moins bonne longévité des vignes mais aussi une moindre cohérence vis-à-vis de la diversité des terroirs et des nouveaux contextes de production. « Il n’y a quasiment plus de création depuis les années 80 mais le climat, lui, n’est pas le même qu’à l’époque ! », fait-il observer.*

Lire aussi " La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer "

Caresser l’espoir de pouvoir faire une sélection massale un jour

Pour lutter contre le rétrécissement des choix, il a donc replanté des porte-greffes inscrits mais tombés en désuétude, comme le 99 R. Il dispose ainsi d’un total de 20 variétés sur les 31 inscrites au catalogue. Le pépiniériste regrette toutefois que la sélection massale soit interdite pour les porte-greffes. « Je suis conscient qu’il faut faire attention à la qualité sanitaire, mais n’y aurait-il pas un entre-deux ? s’interroge-t-il. C’est dommage de ne rien pouvoir faire sur ce sujet. » Au-delà de la diversité du matériel, Lilian Bérillon a également engagé des changements dans le mode de culture des vignes mères de porte-greffe. Il a notamment palissé les pieds afin de pouvoir travailler les sols et d’éviter de rouler sur les sarments, et sera entièrement autonome en bois d’ici 2023.

Lire aussi " Quels cépages planter pour demain "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
En Bretagne, Edouard Cazals crée le premier domaine viticole professionnel
En 2018, Édouard Cazals, vigneron au domaine La cabane aux longues vignes, a planté deux hectares de vigne près de l'estuaire de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole