Aller au contenu principal
Font Size

Le high-tech investit la viticulture

Les technologies de pointe vont progressivement envahir notre filière, apportant des gains de performance pour les entreprises et l’assurance de produits conformes aux attentes des consommateurs. Encore faudra-t-il les accepter.

L’arrivée 
des nouvelles technologies 
a déjà démarré,
à l’image 
des drones 
qui survolent d’ores et déjà 
les vignobles.
L’arrivée
des nouvelles technologies
a déjà démarré,
à l’image
des drones
qui survolent d’ores et déjà
les vignobles.
© BIVB

" Une technologie est mature quand on l’accepte sans le savoir » indique Sébastien Debuisson, expert en machinisme au Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC). Nous n’en sommes pas encore là avec le high-tech. Il n’empêche, estime Christophe Riou, directeur technique et scientifique de l’IFV (Institut français de la vigne et du vin), les choses vont très vite. « Prenons l’exemple des drones. Il y a deux ans, leur usage en viticulture paraissait surréaliste. Or, en un temps très court, cette technologie est devenue concrète. »


La viticulture entre dans l’ère du big data


Le high-tech serait donc aux portes des exploitations viticoles. Ce qui constitue une première révolution. La deuxième et qui n’est sans doute pas la moindre, tient au fait que tous ces bijoux de technologie soient connectés entre eux et capables de communiquer. « On entre dans l’ère du big data, celle de l’agriculture mesurée », indique Gilbert Grenier, professeur d’automatique et de génie des équipements à Bordeaux Sciences Agro. « Des capteurs vont être positionnés tous azimuts, mesurant tous les paramètres possibles, qu’ils concernent le sol, le climat, la plante, la machine. À partir de ces données, le viticulteur prendra sa décision. » La donnée acquiert ainsi une autre valeur que celle qu’elle pouvait avoir, il y a vingt ou trente ans, poursuit Franck Brossaud, responsable de la coordination technique au BIVB (Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne). « Dans le domaine phytosanitaire, par exemple, le fait d’acquérir des données, de les traduire en risque potentiel permettra de changer les comportements. C’est l’un des enjeux de demain. »


Le smartphone est appelé à devenir notre deuxième cerveau


Reste à savoir si les vignerons sont prêts à cette révolution high-tech. « S’ils peuvent en espérer une simplification de la vie au quotidien et un gain de temps, pourquoi pas. Mais l’enjeu se situe surtout au niveau de l’accès à l’information qui devra être simple et rapide », estime Sébastien Debuisson.
De ce point de vue, le smartphone, appelé à devenir « notre deuxième cerveau », selon les mots de Gilles Brianceau, directeur du cluster Innovin, a de beaux jours devant lui.
La perspective de gains de productivité entrera aussi en ligne de compte lors de l’éventuelle adoption de tous ces nouveaux outils. « Mais les économies à en attendre ne seront pas celles réalisées au niveau des intrants. Les marges de progression seront plutôt dans la performance des entreprises, dans l’assurance d’avoir des produits de qualité régulière, conformes aux attentes des consommateurs », prévient Franck Brossaud.
Gageons toutefois qu’une partie des vignerons se montrera rétive à faire rentrer ces technologies dans les vignes ou au chai. Mais qu’ils se rassurent : le fait de disposer de toutes ces technologies ne les dispensera d’aller dans leurs vignes, analyse Gilbert Grenier. « Tout système automatisé a ses failles et donc la connaissance du terrain reste essentielle. On peut utiliser la machine mais il ne faut pas lui faire confiance. Il faut même avoir la curiosité de la contredire. »
Après, il y a l’acceptation par le consommateur. « La filière s’est bien accommodée du fait de le laisser penser que pour faire du vin, il suffisait de mettre du raisin dans une cuve. Je suis convaincu que la plus grosse révolution sera de faire passer le message selon lequel il y a du high tech dans le vin. Et attention à l’effet boomerang », conclut Christophe Riou.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole