Aller au contenu principal

Elevage des vins
Le contenant ne fait pas l´hygiène

Bois, béton ou inox : la nature du contenant a peu d´impact sur le développement des micro-organismes dans le vin, comparativement aux conditions d´élevage.


On pense souvent que l´hygiène d´un vin est plus difficile à maîtriser s´il est élevé en foudre ou en barrique en bois que s´il est élevé en cuves inox, plus inertes. En fait « l´impact du contenant lui-même est minime sur la charge microbienne des vins, comparée à l´impact d´autres facteurs comme les variations de températures ou une mauvaise protection en SO2 », estime Béatrice Cao-Thanh. La responsable du service hygiène de l´Institut rhodanien a suivi pendant un an l´évolution des populations de levures et de bactéries de cuvées de crozes hermitage rouge (millésime 2000), dans trois caves des côtes du rhône septentrionales. Une région où « la maîtrise de l´hygiène est d´autant plus importante que les vins présentent des acidités basses, favorables aux développements bactériens. » Dans chaque cave, la même cuvée a été répartie après fermentation malolactique dans différents contenants : foudres, barriques, cuves inox, cuves béton. « Contrairement à nos attentes, les différences significatives observées au niveau des populations microbiennes étaient plus liées aux habitudes d´élevage de chaque cave qu´aux différents contenants. »
Des différences constatées surtout au niveau des populations bactériennes, qui sont restées importantes tout au long de l´élevage. Elles n´ont atteint leur minimum (104 à 105 bactéries viables par ml) qu´au bout de 5 à 6 mois d´élevage, avec des variations selon les températures et la protection en SO2. « La population bactérienne la plus importante a été relevée dans la cave qui a subi les plus fortes amplitudes de températures entre l´hiver et l´été, avec pourtant une protection en SO2 libre moyenne de l´ordre de 20 à 30 mg/l ».
©D. R.


Les bactéries récalcitrantes
En fait, le SO2 ne joue pas directement sur les populations bactériennes mais inhibe leur métabolisme et notamment la production d´acidité volatile et d´histamine. « Dans la cave qui maintenait les plus faibles taux de SO2 (moins de 20 mg/l), les volatiles sont montées jusqu´à 0,58 g/l et les teneurs en histamine jusqu´à 8 mg/l, alors que le nombre de bactéries était correct. » Des teneurs certes élevées mais qui restent acceptables. « Maintenir des teneurs faibles en SO2 n´est pas impossible, concède Béatrice Cao-Thanh, mais il faut être conscient que c´est une pratique risquée. »

Il ne faut pas non plus oublier que si la nature des contenants a peu d´impact sur les populations bactériennes, il n´en va pas de même avec leur entretien. « Une hygiène insuffisante des contenants, comme un simple rinçage à l´eau froide, favorise le développement de bactéries avant même l´entonnage des vins. » L´étude a également mis en évidence l´effet positif des soutirages : en aérant le vin, ils limitent les populations de bactéries anaérobies. « A taux de SO2 identique, il y a plus de bactéries quand on ne soutire pas. » Les analyses effectuées sur les différents lots de vin n´ont par contre pas mis en évidence d´éventuelles différences de richesse polyphénolique selon la nature du contenant, contrairement à la dégustation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole