Aller au contenu principal

Elevage des vins
Le contenant ne fait pas l´hygiène

Bois, béton ou inox : la nature du contenant a peu d´impact sur le développement des micro-organismes dans le vin, comparativement aux conditions d´élevage.


On pense souvent que l´hygiène d´un vin est plus difficile à maîtriser s´il est élevé en foudre ou en barrique en bois que s´il est élevé en cuves inox, plus inertes. En fait « l´impact du contenant lui-même est minime sur la charge microbienne des vins, comparée à l´impact d´autres facteurs comme les variations de températures ou une mauvaise protection en SO2 », estime Béatrice Cao-Thanh. La responsable du service hygiène de l´Institut rhodanien a suivi pendant un an l´évolution des populations de levures et de bactéries de cuvées de crozes hermitage rouge (millésime 2000), dans trois caves des côtes du rhône septentrionales. Une région où « la maîtrise de l´hygiène est d´autant plus importante que les vins présentent des acidités basses, favorables aux développements bactériens. » Dans chaque cave, la même cuvée a été répartie après fermentation malolactique dans différents contenants : foudres, barriques, cuves inox, cuves béton. « Contrairement à nos attentes, les différences significatives observées au niveau des populations microbiennes étaient plus liées aux habitudes d´élevage de chaque cave qu´aux différents contenants. »
Des différences constatées surtout au niveau des populations bactériennes, qui sont restées importantes tout au long de l´élevage. Elles n´ont atteint leur minimum (104 à 105 bactéries viables par ml) qu´au bout de 5 à 6 mois d´élevage, avec des variations selon les températures et la protection en SO2. « La population bactérienne la plus importante a été relevée dans la cave qui a subi les plus fortes amplitudes de températures entre l´hiver et l´été, avec pourtant une protection en SO2 libre moyenne de l´ordre de 20 à 30 mg/l ».
©D. R.


Les bactéries récalcitrantes
En fait, le SO2 ne joue pas directement sur les populations bactériennes mais inhibe leur métabolisme et notamment la production d´acidité volatile et d´histamine. « Dans la cave qui maintenait les plus faibles taux de SO2 (moins de 20 mg/l), les volatiles sont montées jusqu´à 0,58 g/l et les teneurs en histamine jusqu´à 8 mg/l, alors que le nombre de bactéries était correct. » Des teneurs certes élevées mais qui restent acceptables. « Maintenir des teneurs faibles en SO2 n´est pas impossible, concède Béatrice Cao-Thanh, mais il faut être conscient que c´est une pratique risquée. »

Il ne faut pas non plus oublier que si la nature des contenants a peu d´impact sur les populations bactériennes, il n´en va pas de même avec leur entretien. « Une hygiène insuffisante des contenants, comme un simple rinçage à l´eau froide, favorise le développement de bactéries avant même l´entonnage des vins. » L´étude a également mis en évidence l´effet positif des soutirages : en aérant le vin, ils limitent les populations de bactéries anaérobies. « A taux de SO2 identique, il y a plus de bactéries quand on ne soutire pas. » Les analyses effectuées sur les différents lots de vin n´ont par contre pas mis en évidence d´éventuelles différences de richesse polyphénolique selon la nature du contenant, contrairement à la dégustation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Les nouveaux tracteurs Claas Nexos bénéficient d'un plancher plat.
Claas - Le nouveau Nexos culmine à 120 ch
Claas dévoile son nouveau tracteur spécialisé Nexos.
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole