Aller au contenu principal

Le concours Vignerons & Terroirs d’Avenir forme un club de lauréats

Le concours des Vignerons & Terroirs d’Avenir imaginé par AdVini, Montpellier SupAgro et sa fondation, a constitué un club pour réunir les lauréats des différentes éditions. Pour devenir lauréat de la 5e édition, le dépôt de candidature est fixé au 31 décembre 2019.

Le concours Vignerons & Terroirs d’Avenir, créé par AdVini, Montpellier SupAgro et sa fondation, n'est pas facile à décrocher. D’abord parce qu’il s’adresse exclusivement à des vignerons âgés de moins de 40 ans, ayant un projet d’installation ou de développement de leur domaine et exerçant à titre principal. Leur terroir doit aussi être « prometteur » et leur démarche respectueuse de l’environnement. La difficulté tient ensuite à la sélectivité : en quatre éditions, sur plus de 160 candidatures, le concours a récompensé 10 lauréats, c’est à dire deux lauréats par an avec à deux reprises un prix supplémentaire.

Mais de l'avis des vignerons primés, c'est une vraie aide puisque le concours est doté de 70 000 euros de gains, répartis entre un premier prix à 50 000 euros et un deuxième à 20 000 euros. La date limite pour le dépôt des dossiers pour la 5e édition du concours est fixée au 31 décembre 2019.

Des terroirs variés mais des problématiques communes

Le but du concours est d’aider et encourager l’installation de jeunes vignerons et donc de sauvegarder l’activité viticole sur des terroirs à fort potentiel. Les dix lauréats des éditions précédentes viennent de vignobles géographiquement variés : l’Alsace pour Catherine et Daniel Hirsinger et Raphaël Marchal du domaine de l’Envol ; le nord de la vallée du Rhône pour Julie et Graeme Bott du domaine Bott ;  Cahors pour Benoît Aymard du Clos d’Audhuy et Nicolas Fernandez et Maya Sallée du domaine La Calmette ; Marcillac (Aveyron) pour Marc Fraysse du Domaine des Boissières ; le Roussillon pour Solenn et Dominique Génot du Mas Llossanes ; le Beaujolais pour Frédéric Berne ; le Languedoc pour Pauline Chatin du domaine de Mirabeau ; Saumur-Puy-Notre-Dame pour Pauline Mourrain et Laurent Troubat du domaine L’Austral ;  l’Ardèche pour Louis de Moerloose du Mas de Bagnols.

Malgré cette diversité géographique, du fait de leur profil, ils ont tous des problématiques techniques, économiques ou commerciales communes. D’où l’idée de les réunir dans un club pour favoriser les partages d'expérience. Réunis pour la première fois en novembre dernier le temps d’une journée, les membres du club ont ainsi pu échanger sur leurs préoccupations communes, et recevoir des conseils de professionnels notamment quant à la commercialisation. Une journée jugée très enrichissante par les participants. Elle a débouché sur un mini salon à destination des professionnels (cavistes, acheteurs, journalistes spécialisés...). Car l’enjeu du concours est aussi de donner de la visibilité aux domaines primés.

 

Comment participer ?

Dossier à télécharger sur le site www.advini.com/fr/cvta

Dossier complet à renvoyer à vigneronsdavenir@supagro.fr  avant le 31 décembre 2019.

Sélection finale de 6 dossiers par le jury le 29 janvier 2020.

Visite des domaines sélectionnés les 28 et 29 février 2020.

Journée de séminaire pour préparation à l’oral et présentation au Mas Neuf (Montpellier)  les 19 et 20 mars 2020.

Remise des prix à Paris le  29 avril 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole