Aller au contenu principal

Le 3AEY, un anti-botrytis à base de terpènes

Le botrytis pourrait bientôt avoir un nouvel ennemi : le 3AEY, un produit de biocontrôle à base de terpènes.
Le botrytis pourrait bientôt avoir un nouvel ennemi : le 3AEY, un produit de biocontrôle à base de terpènes.
© P. Cronenberger

L’entreprise britannique Eden, qui s’appuie sur des travaux de rechercher américains, a développé et déposé un brevet pour un produit de biocontrôle visant à lutter contre le botrytis et identifié sous le code 3AEY.

De quoi se compose le produit 3AEY ?

Il est composé de trois terpènes volatils micro-encapsulés, et donc stabilisés. Le 3AEY pourrait être appliqué jusqu’à trois jours avant récolte en raisin de cuve, et le délai de ré-entrée dans la parcelle pourrait être raccourci par rapport aux anti-botrytis du marché. D’un point de vue pratique, ce produit s’applique comme un fongicide classique, positionné en fin de cycle.

Quel est son mode d’action ?

Selon la société japonaise Sumi Agro, en charge de son développement et de sa commercialisation, ce produit allie deux modes d’action. En premier lieu, les terpènes ont une action cellulaire sur le botrytis : ils perturbent les fonctions des inclusions cytoplasmiques et provoquent la mort du champignon. C’est l’action dite directe du produit.
Le second type d’action est indirect. Les terpènes étant volatils, ils s’évaporent progressivement une fois appliqués, provoquant alors un assèchement de la zone autour des baies, rendant le micro-climat moins favorable au développement du botrytis.

À quel stade de développement en est-on ?

Une demande d’autorisation de mise en marché (AMM) a été déposée et est en cours d’évaluation. L’homologation est attendue dans l’année qui vient. D’ici là, différents instituts techniques à Bordeaux, en Bourgogne et en Champagne vont tester le produit. Par ailleurs, en modifiant l’équilibre entre les différents terpènes, il devrait être possible de lutter contre d’autres pathogènes de la vigne, « et pas uniquement des champignons », souligne Antoine Meyer, président de Sumi Agro France, qui ne souhaite pour le moment pas dévoiler lesquels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole