Aller au contenu principal

Fiche biodiversité
L’ambroisie, une plante envahissante à maîtriser dans les vignes

L’ambroisie à feuille d’armoise est une plante envahissante de plus en plus fréquente dans les vignes françaises. Cette adventice est également dangereuse pour la santé car hautement allergisante.

L’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) est une plante envahissante originaire d’Amérique du Nord. Elle pousse préférentiellement dans les cultures de printemps (tournesol notamment) mais on la retrouve de plus en plus dans les parcelles viticoles, en particulier dans les régions Rhône-Alpes, mais également en Nouvelle Aquitaine et en Bourgogne. Sa présence est très préoccupante car la période des vendanges tombe à la même période que le pic pollinique de l’ambroisie, ce qui pose un problème de réaction allergique pour les vendangeurs. Dans de nombreuses régions, la lutte contre l’ambroisie fait l’objet d’arrêtés préfectoraux et d’une lutte obligatoire qui détermine les mesures à mettre en œuvre. L’ambroisie est considérée comme un risque sanitaire majeur : selon l’Observatoire national des ambroisies, si elle se propageait sur tout le territoire au même niveau qu’en Auvergne-Rhône-Alpes, cela représenterait 329 millions d’euros de soin de santé et 5,3 millions de personnes touchées.

Caractéristiques

Biologie

L’ambroisie est une plante de la même famille que le tournesol, celle des astéracées. Elle lève en avril-mai, l’apparition des inflorescences a lieu en juin-juillet et la floraison en août-septembre. Elle présente un port aérien et peu dense. Sa morphologie évolue au moment de la floraison vers un buisson qui peut atteindre un à deux mètres de haut. Les feuilles d’ambroisie sont larges, minces et très découpées et sont du même vert sur chaque face. La tige est souvent rougeâtre en fin de saison et velue. Les fleurs mâles sont groupées en longs épis bien visibles, ce sont ces épis qui libèrent le pollen hautement allergisant de mi-août jusqu’en octobre.

Nuisibilité

L’ambroisie est une plante adventice au fort pouvoir envahissant. Elle joue donc une concurrence potentielle pour la vigne vis-à-vis de l’eau, notamment en milieu sec. Mais c’est surtout pour la santé humaine qu’elle représente un risque. Il suffit de quelques graines de pollen par mètre cube pour que les symptômes suivants apparaissent : rhinites, conjonctivites, eczéma, urticaire, symptômes respiratoires pouvant entraîner dans 50 % des cas de l’asthme, ou provoquer son aggravation.

Moyens de lutte

Sur des petites surfaces, l’arrachage manuel avant la floraison est très efficace. Pour des surfaces plus importantes, une fauche avant et après vendange est recommandée. Dans la mesure du possible, un faux semis et une destruction des repousses peuvent être envisagés. Le recours à un couvert végétal permet de faire concurrence à l’ambroisie qui préfère les sols nus. Quant à l’utilisation d’herbicides, elle fait face à des cas de résistance avérés. Une fois qu’un pied est observé, il faut rapidement l’éliminer car il est difficile de s’en débarrasser une fois installé. Martin Daubree, vigneron dans le Rhône en appellation côte-rôtie, a vu s’installer l’ambroisie dans ses parcelles depuis quinze ans, « aujourd’hui, je suis obligé de passer la débroussailleuse ou de tondre quand le terrain le permet avant et après les vendanges » explique-t-il. Pour lui, la lutte doit être collective faute de quoi l’ambroisie continuera de se propager. Dans les régions, la lutte contre l’ambroisie est coordonnée par les Fredon.

Un plant d’ambroisie produit en moyenne 3 000 graines
Le pollen de l’ambroisie est transporté par le vent jusqu’à plus de 100 km
6 à 12 % de la population exposée est allergique à l’ambroisie
Pour signaler la présence d’ambroisie, rendez-vous sur l’application « signalement ambroisie » ou sur le site www.signalement-ambroisie.fr

@ Pour en savoir plus sur l’ambroisie : www.ambroisie.info

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
3 conseils pour vinifier en rouge à partir de vignes gelées
Lors d’un webinaire le 22 juin dernier, l’ICV livrait ses conseils pour vinifier des raisins de qualité très hétérogène,…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
L’Alouette lulu aime se percher sur des piquets de vigne. © A. Bossus
L’Alouette lulu, oiseau emblématique des vignobles
Cette alouette se repère au printemps grâce à son chant, « lululu », qui lui a valu son nom. Des mesures de préservation peuvent…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole