Aller au contenu principal

Cépages grenache et cinsaut
L´alimentation en eau de la vigne type les moûts

Des expérimentations menées dans le Var montrent que la teneur en acide malique des moûts est d´autant plus faible que la contrainte hydrique de la vigne est importante pendant la maturation.


L´alimentation en eau de la vigne est un des facteurs qui contribuent le plus à typer les moûts de cinsaut et grenache, car elle conditionne la synthèse d´acide malique, estime Emmanuel Rouchaud. Le technicien de la Chambre d´agriculture du Var mène une étude dans son département sur la typicité des vins et sur l´effet terroir, à travers le suivi de 14 parcelles de grenache noir et de cinsaut. « La teneur en acide malique des moûts est d´autant plus faible que la contrainte hydrique de la vigne est importante pendant la maturation, explique-t-il. Par exemple en 2001, millésime très sec et chaud, les moût contenaient peu d´acide malique, alors qu´en 2002, millésime humide, les taux étaient élevés. »

Arrêt précoce de la croissance des grappes
Emmanuel Rouchaud explique le phénomène par le fait que l´acide malique est synthétisé dans les feuilles et les grappes en croissance. Et le manque d´eau associé aux températures élevées provoquerait un arrêt précoce de cette croissance. En plus, il stimulerait une enzyme de dégradation de l´acide malique.
L´étude a également mis en évidence le fait que le cinsaut est un cépage stable dans ses performances, tolérant et assez indépendant vis à vis de son implantation. A l´inverse, le grenache répercute très facilement les potentialités de son terroir. « Il est donc très important de raisonner son implantation », conseille Emmanuel Rouchaud.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole