Aller au contenu principal
Font Size

La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques

Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise du Covid-19, dont des exonérations de cotisations sociales pour les domaines les plus en difficulté et un budget de 140 M€ pour financer la distillation de crise.

Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Bruno Lemaire, ministre de l’Économie et des Finances et Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès de Gérard Darmanin ont tenu une visio-conférence lundi 11 mai pour présenter aux représentants de la filière viticole les mesures de soutien mises en place pour faire face à la crise du Covid-19.
© J.-C GUTNER

Initialement prévue mercredi 6 mai puis repoussée, la réunion entre Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès de Gérard Darmanin et les représentants de la filière viticole s’est finalement tenue par visioconférence lundi 11 mai. Après avoir reconnu que le secteur subissait de plein fouet la crise sanitaire du Covid-19 de par sa dépendance aux « secteurs fermés administrativement depuis le 15 mars 2020 et aux marchés à l’exportation », le gouvernement a annoncé deux grandes mesures de soutien pour un budget de 240 millions d’euros.

La distillation de deux millions d’hectolitres à un prix moyen de 70€/hl financée

La première concerne une exonération de charges patronales salariales pour les TPE et PME les plus en difficulté, pour un budget estimé de 100 millions d’euros. « Ces exonérations pourront aller jusqu’à 100% pour les entreprises dont le chiffre d’affaires a le plus chuté », précisent nos confrères d’Agra Presse. Les 140 millions d’euros restant serviront à financer la distillation de crise de deux millions d’hectolitres de vin à un prix moyen de 70€/hl. 60 millions d'euros sont directement débloqués par le gouvernement, et 80 millions d'euros proviennent de l'enveloppe nationale issue de la PAC. « C’est un premier geste qui doit être complété » a réagit Jérôme Despey sur son compte Twitter avant de rappeler que la profession demandait une distillation de trois millions d’hl à 65€/hl pour les VSIG et 80€/hl pour les AOP et IGP. Le gouvernement s’est d’ailleurs montré ouvert à un renforcement du plan si nécessaire, indiquant qu’il s’agissait là d’une première étape et qu’il y aurait « une clause de revoyure organisée dans les prochaines semaines. » Jean-Marie Fabre, président des vignerons indépendants, a de son coté insisté pour qu’une aide au stockage privé soit également introduite. Une mesure aussi défendue par la Cnaoc.

Relancer la demande pour un fonds de compensation européen

Une petite partie de ce budget devrait revenir aux distilleries vinicoles pour les aider à financer la transformation et le stockage de ces volumes de vin. Reconnaissant également l’impact des sanctions américaines sur les exportations de vins français, Bruno Le Maire et ses collègues se sont engagés à relancer la demande pour un fonds de compensation européen. Une aide particulièrement attendue par la filière qui en fait la demande depuis l’instauration de la taxe Trump en octobre dernier. Des réponses de Bruxelles sont attendues sur ce dossier dans le courant du mois de mai.

Représentants de la filière et politiques restent mobilisés

Sur Twitter, les réactions à l’annonce du plan sont positives, bien que les mesures présentées soient inférieures à celles demandées par la profession. « Le plan sectoriel est sur la table, les mesures aussi faisant suite à nos demandes et on sait que vous vous y êtes fortement engagés ! Il faut aller plus loin avec le bon calibrage financier pour qu’il soit efficient ! » a twitté Jean-Marie Fabre, président des vignerons indépendants. « Nous, membres du groupe vigne, vins & oenologie sommes satisfaits de ces premières annonces. Mais le travail doit continuer pour sauver la filière avec un périmètre financier conséquent », a de son côté réagit Patricia Mirallès, députée de la première circonscription de l'Hérault.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole