Aller au contenu principal
Font Size

La punaise diabolique, un insecte opportuniste qui peut attaquer la vigne

La punaise diabolique est présente tout le territoire. Elle peut être à l’origine de dégâts sur les fruits et légumes dont elle se nourrit. À surveiller désormais dans les vignes.

Halyomorpha halys mesure entre 12 et 17 mm de long. Elle est reconnaissable à son dos brun-gris et des motifs clairs sur les bords de ses ailes. © J.- C. Streito
Halyomorpha halys mesure entre 12 et 17 mm de long. Elle est reconnaissable à son dos brun-gris et des motifs clairs sur les bords de ses ailes.
© J.- C. Streito

Originaire d’Asie, la punaise diabolique (Halyomorpha halys) est arrivée en Europe en 2004 au Liechtenstein et a été signalée en 2012 en Alsace. « Elle est désormais présente sur toute la France mais les niveaux de population ne sont pas encore inquiétants », souligne Jean-Claude Streito, entomologiste à l’Inrae de Montpellier. Mais au regard de ce qui se passe aux États-Unis, où cette punaise est présente depuis plus longtemps et occasionne de gros dégâts sur pommes, poires et pêches, « il est très vraisemblable, précise Jean-Claude Streito, que les problèmes liés à la punaise diabolique augmentent en Europe dans les années à venir ». Les parcelles de vigne sont pour l’heure épargnées mais à surveiller.

Caractéristiques

Biologie et reconnaissance

Halyomorpha halys est un insecte de l’ordre des hémiptères. Cette punaise mesure entre 12 et 17 mm de long et 7 à 10 mm de large. Elle est reconnaissable à son dos brun-gris, des motifs clairs sur les bords de ses ailes, ainsi qu’à des antennes dotées de deux marques blanches. Elle se différencie des autres punaises par une absence de pointe sous la face inférieure de l’abdomen. La punaise diabolique se reproduit une fois par an sous nos latitudes, une femelle donnant environ 200 œufs par ponte. Elle passe l’hiver au stade adulte dans des crevasses sèches, sous des écorces d’arbres mais également dans des fissures et crevasses de véhicules et divers bâtiments dont les maisons d’habitation. Au printemps, cette punaise reprend son activité à la recherche de ses plantes hôtes et les femelles vont alors déposer leurs œufs sur la face inférieure des feuilles ou d’autres supports. La punaise diabolique est très mobile et change souvent de plantes hôtes.

Nuisibilité

La punaise diabolique est un insecte piqueur suceur qui se nourrit des feuilles et des fruits de ses plantes hôtes. En les piquant pour se nourrir, elle provoque des tâches, voire des pourritures qui rendent les fruits impropres à la consommation. Des premiers dégâts ont été identifiés sur poires en France dans le Sud-Est en 2019. En Italie, des populations plus importantes ont provoqué des dégâts sur les noisettes et aux USA, où cette punaise est présente depuis longtemps, des dégâts sont observés sur de nombreuses cultures. « Le risque de dégâts dans les vignes est encore limité, souligne Jean-Claude Streito, car cette punaise semble préférer d’autres cultures pour le moment. En revanche, il faut rester très vigilant. Le risque semble se situer plus en aval car les punaises peuvent être récoltées en même temps que les raisins et se retrouver dans les cuves donnant alors de très mauvais goûts ».

Lutte

La lutte contre la punaise diabolique s’avère très compliquée pour plusieurs raisons : un nombre élevé de plantes hôtes, sa capacité à changer d’espèces et l’absence de lutte chimique réellement efficace. On ne connaît malheureusement pas pour le moment de prédateurs naturels suffisamment actifs pour contrôler Halyomorpha halys. L’espoir pourrait venir de Trissolcus japonicus, une guêpe asiatique qui pond dans les œufs de la punaise diabolique et qui pourrait ainsi réguler les populations.

Le spectre des plantes hôtes de la punaise diabolique est très large, avec plus de 300 espèces végétales à l’échelle mondiale dont des arbres fruitiers (pêchers, cerisiers, pruniers, abricotiers, poiriers, pommiers…) mais également des légumes (poivrons, haricots, pois, asperges, concombres), des grandes cultures (soja, maïs, tournesol…) et la vigne.
Il faut entre 5 et 10 ans à la punaise diabolique pour s’établir.

Un printemps chaud et sec est favorable à la pullulation de la punaise diabolique.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole