Aller au contenu principal

La pépinière viticole veut sécuriser sa production face au changement climatique

Les aléas climatiques étaient au menu du congrès des pépiniéristes viticoles. La fédération cherche à mettre en place divers outils pour augmenter la résilience des entreprises, comme l'assurance, pour sécuriser la production des plants de vigne.

La pépinière viticole s'est réunie les 19, 20 et 21 octobre à Chamonix pour son congrès annuel.
© X. Delbecque

Les aléas climatiques n’ont pas épargné la pépinière viticole cette année. Que ce soit la chaleur et la sécheresse qui ont affecté le taux de reprise au moment crucial de la mise en terre, ou bien la grêle qui a ravagé certaines parcelles à 100 %, les mises en œuvre pour 2024 risquent d’être compliquées.

« Sur les porte-greffes, on s’attend à une baisse de 10 à 20 % pour le bassin sud-est », illustre Giovanni Varelli, président de la marque Vitipep’s. Une situation qui préoccupe d’autant plus la Fédération française de la pépinière viticole (FFPV) que les responsables ont eu vent de problèmes d’approvisionnement en eau de la part d’adhérents, chose jusqu’ici impensable.

La nouvelle assurance récolte concernera aussi les pépinières

Sécuriser la production et la pérennité des pépinières était donc au centre des préoccupations lors du 19e congrès de la FFPV, ces 19, 20 et 21 octobre en Haute-Savoie. « Nous avons eu la bonne nouvelle d’apprendre que la pépinière viticole fera partie des cultures concernées par la nouvelle législation relative à l’assurance récolte », relate David Amblevert, président de la FFPV.

Les représentants ont d’ailleurs profité de ce congrès pour rencontrer les assureurs et imaginer des solutions. « Notre métier est confidentiel, cela ne représente qu’un millier d’hectares, mais c’est le vignoble français de demain qui est en jeu, martèle le président. L’assurance multirisque est indispensable pour couvrir les pertes entre 20 et 50 %, qui ne seront pas prises en charge par l’Etat. »

Mais, comme pour un viticulteur, assurer les pertes est un pis-aller. Les pépiniéristes ont passé en revue les dispositifs de protection actifs existants, et font le constat que les solutions sont peu nombreuses. « Nous sommes soumis à des rotations, ce qui rend difficile l’investissement dans des installations fixes », explique David Amblevert. Ce dernier appelle de ses vœux des projets de recherche et développement en ce qui concerne la protection de la pépinière. « Pourquoi pas imaginer des essais avec les ombrières photovoltaïques couplées à des filets anti-grêle, propose-t-il. Il faut trouver des outils de résilience, il en va aussi de l’attractivité de la filière et du renouvellement des générations. »

L’inflation, encore et toujours

Les pépiniéristes viticoles ne sont pas épargnés non plus par l’inflation et les tensions sur les matières premières. « En deux ans leur coût a grimpé de 40 % et la main d’œuvre de 10 %, relate Pierre-Denis Tourette, secrétaire de la FFPV. Cela coûte 20 % plus cher de produire un plant de vigne, par rapport à 2020. » Dans le même laps de temps, le prix moyen d’un plant a augmenté de 7,5 %. David Amblevert a ainsi exhorté les pépiniéristes à être vigilants sur leurs tarifs afin de ne pas mettre à mal la pérennité des entreprises.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vinitech-Sifel - 23 nouveautés découvertes lors de la prévisite !
Les stands sont presque tous achevés prêts à accueillir les visiteurs du Vinitech-Sifel. Petite prévisite du salon du côté des…
Preview image for the video "Kubota - La nouvelle gamme de tracteurs spécialisés adopte un pont avant suspendu".
VIDÉO Kubota - La nouvelle gamme de tracteurs spécialisés adopte un pont avant suspendu
Kubota a dévoilé au Sima ses nouvelles gammes de tracteurs spécialisés.
Broyeur, épandeur, pulvérisateur... Guillaume Guiroux est équipé pour réaliser quasiment tous les travaux de la vigne au quad.
« Le quad a été pour moi une solution économique à l'installation »
Dans le Var, Guillaume Guiroux s’est lancé dans la viticulture sans tracteur, un choix économique et agronomique. Aujourd’hui…
John Deere lance une nouvelle gamme de tracteurs spécialisés haut de gamme.
John Deere - Des tracteurs spécialisés jusqu'à 136 chevaux
John Deere présente une gamme de tracteurs pour vignes larges made in Mexique.
RVI300_GEL_RTECH_NIV3
R-Tech - Un bon tuyau pour lutter contre le gel des vignes
La société bourguignonne R-Tech commercialise depuis peu une gaine chauffante pour lutter contre le gel.
Le groupe arrachage planche sur le financement de l'opération. Il y aurait besoin d'une enveloppe d'environ 100 millions d'euros.
Le groupe de travail arrachage des vignes est sur les rails
Un groupe de travail planche sur le financement de l’arrachage des vignes via le Feader.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole