Aller au contenu principal

La nouvelle règlementation sur les pratiques œnologiques entre en vigueur le 7 décembre

La règlementation européenne sur les pratiques œnologiques change demain samedi 7 décembre. Pas de modifications majeures à noter, sauf l’interdiction temporaire des gommes de cellulose pour les vins rosés.

Les gommes de cellulose seront interdites pour la stabilisation tartrique des vins rosés à partir du 7 décembre 2019. Leur réautorisation est esperée en cours d’année.
© P.CRONENBERGER

Le 2009/606 est mort, place au 2019/934 ! Le règlement 2009/606, qui gérait les pratiques œnologiques dans l’Union européenne (UE) depuis dix ans, a laissé place le 7 décembre dernier à un nouveau règlement, le 2019/934, censé être davantage en harmonie avec les pratiques recommandées par l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). Il engendre peu de changements pour les vignerons à l’exception d’un point problématique : l’interdiction des gommes de cellulose (CMC) pour assurer la stabilisation tartrique des rosés. Autorisées pour tous les vins dans l’ancien règlement, elles ne sont dorénavant validées que pour les blancs et mousseux. « L’UE a suivi l’OIV qui ne les recommande que pour les blancs, explique Marie-Madeleine Caillet, experte de la délégation française à l’OIV. Mais nous allons représenter une demande à l’OIV en avril 2020 pour les valider sur rosés. On espère une procédure accélérée pour une autorisation au plus tôt en novembre 2020. » Le nouveau règlement européen pourra alors être mis à jour. L’UE peut aussi décider de modifier le règlement sans attendre la validation de l’OIV.

Un volet pour bien distinguer additifs et auxiliaires technologiques

Les autres changements concernent l’autorisation de trois nouvelles pratiques : l’ajout de levures inactivées à niveau garanti de glutathion comme activateurs des fermentations alcooliques et malolactiques, l’ajout de carbonate de potassium pour désacidifier, l’utilisation des fibres végétales sélectives pour fixer les résidus de pesticides ou l’OTA. Un additif peu utilisé a été supprimé : le chlorure d’argent qui élimine les gouts de réduits. Le nouveau règlement fait également la distinction entre additifs et auxiliaires technologiques, en prévision de la réglementation sur l’étiquetage des additifs, attendue d’ici cinq à dix ans. Les auxiliaires (colles, enzymes…), ne seront pas mentionnés. Enfin, les conditions d’expérimentation des nouvelles pratiques œnologiques sont assouplies : la durée d’expérimentation auparavant limitée à trois ans est portée à cinq ans, avec possibilité d’extension.

A noter que l’ajout de glutathion pur, reconnu par l’OIV, n’a toujours pas été validé par l’UE et que l’isothiocyanate d’allyle, un antibactérien utilisé en Italie mais non recommandé par l’OIV, est lui autorisé. Le règlement est susceptible d'évoluer régulièrement. Il est possible par exemple qu’à l’avenir les gommes arabiques se voient attribuer une teneur limite d’utilisation, ce qui n’est pas le cas actuellement. En effet, contrairement à l’UE, l’OIV recommande un seuil limite d’emploi de 30g/hl. L’Organisation réfléchit au maintien ou pas de ce seuil. Si elle le maintient, le règlement européen pourrait l’adopter également.

Un travail d’adaptation du nouveau règlement 2019/934 pour les vins biologiques est en cours. L’entrée en application d’une nouvelle réglementation sur l’agriculture biologique est prévue en 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Des nouvelles règles pour les emplois viticoles au 1er avril 2021
La viticulture comme l’ensemble des secteurs agricoles doit appliquer la nouvelle convention collective nationale agricole (CCNA…
Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant dans le Maine-et-Loire estime que le gros avantage des roues Kress est sa vitesse de travail, autour de 8km/h : " ça dépote" dit-il. © J.GRAVE
« Les doigts Kress, pour des jeunes vignes c’est parfait »
Dans le Maine-et-Loire, Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant, dispose de tout un arsenal d’outils de travail du sol…
À l'avenir, le désherbage à l'aide de glyphosate ne pourra intervenir qu'une fois par an et ce sur 20 % de la surface. © X. Delbecque
Usage du glyphosate en viticulture : ce qui va changer
Pour la campagne 2021 la grande majorité des produits à base de glyphosate sera utilisable comme à l’accoutumée. Ce sera ensuite…
 © J. Grave
La HVE revoit ses IFT de référence à la baisse
Fin janvier la Commission nationale de la certification environnementale a annoncé une modification des IFT de référence pour le…
 © X. Delbecque
Des brosses intercep, pour un coup de propre rapide du rang de vigne
Les outils à brosses métalliques réalisent un faible travail du sol, mais ils se montrent intéressants lorsque les sols sont…
 © D. Esquiro
« On laisse le Heric attelé et dès qu’on a le temps on va dans les vignes »
David Esquiro, vigneron à Mirepoix dans le Gers, au domaine de la Higuère, cultive 30 hectares de vigne en IGP côtes-de-Gascogne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole