Aller au contenu principal

Quand la machine à vendanger aide à lutter contre le botrytis

En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire tomber les capuchons floraux et de limiter les contaminations précoces de botrytis. Résultat : jusqu'à 50 % de pourriture en moins.

Une fois que la fleur est passée, c’est devenu le même rituel tous les ans au domaine Villa Maria, en Nouvelle Zélande. On sort la machine à vendanger du hangar. Et ce n’est pas une sortie futile destinée à lui faire prendre l’air, puisqu’il s’agit de secouer les parcelles de sauvignon, en vue de limiter le développement du botrytis. À la base, le domaine avait mené des essais il y a une dizaine d’année pour voir si cette pratique permettait d’éclaircir les vignes, dont la charge peut flirter avec les 100 hl/ha. « Et nous nous sommes aperçus aux vendanges que les modalités secouées étaient dans un état sanitaire bien meilleur que les autres, explique Oliver Powrie, chef de culture au domaine Villa Maria. Même dans les endroits où le rendement avait été amputé de seulement 3 %, le botrytis lui avait réduit de moitié. » Le consultant néo-zélandais Mark Allen s’est penché sur la question, et pour lui il n’y a pas de doute. Après plusieurs études, la principale explication vient du fait que le secouage permet de faire tomber les capuchons floraux dans lesquels s’installent les foyers précoces de botrytis. Dès lors, il a cherché à savoir quelles sont les paramètres et réglages à prendre en compte, et donne des recommandations techniques au vignoble pour mettre en place une telle pratique.

Rouler à 5 km/h avec seulement deux secoueurs pour ne pas faire de casse

Dans l’idéal, il préconise de passer lorsque les baies ne se touchent pas, et qu’elles font un peu moins de 5 millimètres. Cela correspond à un poids de la grappe d’environ 50 grammes. « Si l’on passe trop tôt, la fleur est trop légère et il n’y a pas l’énergie cinétique nécessaire pour faire tomber le capuchon, témoigne Oliver Powrie. Au domaine Villa Maria nous faisons en sorte de passer vers le stade petit pois. » Concernant la machine à vendanger, il faut enlever les collecteurs (noria ou écailles) et faire en sorte de rouler entre 5 et 6 km/h avec un secouage réglé entre 460 et 490 coups/min. Le pincement des secoueurs doit quant à lui être réglé entre 40 et 60 mm. « Lorsque l’on monte au-dessus de 490 battements/min ou que l’on descend en dessous de 5 km/h d’avancement, on fait alors baisser les rendements des vignes », précise Mark Allen. Le nombre de secoueurs doit lui aussi être adapté. Il faut seulement en garder une paire à hauteur de la moitié du tronc, et une autre environ 5 cm au-dessus de la zone des fruits. Il est possible d’en ajouter une troisième paire et de se rapprocher de la zone des fruits (2 cm) lorsqu’on veut éclaircir par la même occasion. En fonction des réglages, Oliver Powrie peut éclaircir grâce à la machine à vendanger jusqu’à 50 % de la récolte. « Il est donc important que chaque viticulteur teste en amont les réglages avec sa machine avant de généraliser l’opération, pour s’ajuster et être sûr de faire le travail approprié », rappelle Mark Allen.

 

 

Le consultant a par ailleurs réalisé des calculs statistiques d’efficacité vis-à-vis du botrytis. Sur les 152 essais, il obtient une baisse moyenne de l’infestation de 52 %. Des résultats qui concordent avec ce qu’observe Oliver Powrie. « Cette technique nous permet de réduire de moitié les foyers de pourriture, parfois plus et rarement moins », affirme-t-il.

 

botrytis sauvignon 2
A gauche, la modalité témoin n'a pas été secouée après floraison. On recense une fréquence d'attaque de botrytis de 75 % et une intensité de 10 %. A droite, la modalité secouée ne présente que 25 % de fréquence d'attaque et 4,4 % d'intensité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Des nouvelles règles pour les emplois viticoles au 1er avril 2021
La viticulture comme l’ensemble des secteurs agricoles doit appliquer la nouvelle convention collective nationale agricole (CCNA…
Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant dans le Maine-et-Loire estime que le gros avantage des roues Kress est sa vitesse de travail, autour de 8km/h : " ça dépote" dit-il. © J.GRAVE
« Les doigts Kress, pour des jeunes vignes c’est parfait »
Dans le Maine-et-Loire, Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant, dispose de tout un arsenal d’outils de travail du sol…
 © J. Grave
La HVE revoit ses IFT de référence à la baisse
Fin janvier la Commission nationale de la certification environnementale a annoncé une modification des IFT de référence pour le…
À l'avenir, le désherbage à l'aide de glyphosate ne pourra intervenir qu'une fois par an et ce sur 20 % de la surface. © X. Delbecque
Usage du glyphosate en viticulture : ce qui va changer
Pour la campagne 2021 la grande majorité des produits à base de glyphosate sera utilisable comme à l’accoutumée. Ce sera ensuite…
 © X. Delbecque
Des brosses intercep, pour un coup de propre rapide du rang de vigne
Les outils à brosses métalliques réalisent un faible travail du sol, mais ils se montrent intéressants lorsque les sols sont…
 © D. Esquiro
« On laisse le Heric attelé et dès qu’on a le temps on va dans les vignes »
David Esquiro, vigneron à Mirepoix dans le Gers, au domaine de la Higuère, cultive 30 hectares de vigne en IGP côtes-de-Gascogne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole