Aller au contenu principal

Oenologie
La macération préfermentaire à chaud à l´essai sur les vins rouges du Languedoc

La technique beaujolaise de macération préfermentaire à chaud améliorerait la structure des vins du Languedoc, sans pour autant faire l´unanimité en dégustation.


La macération préfermentaire à chaud des raisins rouges, technique employée sur les vendanges de gamay dans le Beaujolais, fait l´objet d´essais depuis 1999 sur dix cépages(1) du Languedoc-Roussillon. Elle consiste à porter la vendange, éraflée et foulée, à 60 - 70ºC, par chauffage du jus et arrosage des baies. Une fois la température atteinte, la vendange macère douze heures. La température n´est pas maintenue, elle diminue donc d´une dizaine de degrés pendant ces douze heures. Le moût est ensuite refroidi, la vinification à suivre est classique. Dans le Beaujolais, la MPC, comme on la nomme, améliore surtout la couleur des gamays et augmente plus légèrement la concentration en tanins. Elle modifie également les arômes, apportant un caractère fruit rouge - cassis caractéristique.
Sur les cépages du Languedoc, l´impact est quelque peu différent. « On ne retrouve pas cette modification des arômes, rapporte Dominique Sahonet de l´ITV de Nîmes, excepté sur cabernets sauvignon et franc pour lesquels le nez est un peu plus végétal. La MPC augmente nettement les phénomènes d´extraction, mais le gain en tanin est plus important que le gain en couleur. »

©D. R.

La MPC n´a pas séduit tous les dégustateurs
Sur un grenache du millésime 2000, par exemple, l´indice de polyphénols totaux monte de 35 % environ et l´intensité colorante de 15 %. « A priori, avec la MPC, on gagne en couleur et tanins sur tout type de vendange, à petit ou fort potentiel, poursuit Dominique Sahonet. Et la couleur supplémentaire obtenue est de bonne tenue dans le temps ». La MPC n´a cependant pas séduit tous les dégustateurs. Si l´amélioration de la structure et le gain en tanins se retrouvent en bouche, ils n´entraînent pas pour autant de préférence significative en faveur des vins macérés à chaud, abstraction faite de la couleur.
Ces premiers résultats ne portaient que sur des vinifications en petit volume. La macération préfermentaire à chaud sera évaluée l´an prochain en cave, dans les Costières de Nîmes. A suivre.


(1) grenache, syrah, mourvèdre, cinsaut, carignan, caladoc, marselan, merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole