Aller au contenu principal

« La filière oenotouristique a besoin de se structurer »

Face à un développement évident de l’œnotourisme en France, syndicats et élus se mobilisent pour structurer cette filière en devenir. À la clé, des retombées économiques non négligeables dans les territoires accueillant des oenotouristes.

Imaginer un parcours de visite pour faire vivre aux oenotouristes une expérience inoubliable, comme ici au Moulin de Chauvigné, dans le Maine-et-Loire, est un métier à part entière. La développement de l'oenotourisme en France rend nécessaire la structuration d'une filière dédiée.
© J.Gravé

« L’oenotourisme est une réalité économique », a martelé Nathalie Delattre, co-présidente de l’Association Nationale des Élus de la Vigne et du Vin (Anev), lors d’une table ronde organisée au salon VITeff, à Epernay. Rappelant que la France a accueilli près de 10 millions d’œnotouristes en 2016, pour 5,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, l’élue a insisté sur la nécessité immédiate de « structurer la filière oenotouristique ». « Nous avons besoin de personnes spécifiquement formées à l’œnotourisme. Au sein de l’Anev nous militons pour que ces métiers fassent pleinement partie de l’enseignement agricole », a poursuivi Nathalie Delattre. La co-présidente milite par ailleurs pour que le sujet doit être traité conjointement par les ministères de l'Agriculture, de l'Enseignement supérieur ainsi que de l'Europe et des Affaires étrangères.

 

Travailler collectivement, sans concurrence entre les régions

Également invité de la table ronde, Maxime Toubart, président du syndicat général des vignerons (SGV) de la Champagne a défendu l’idée de travailler collectivement pour construire cette filière oenotouristique. « Il faut arrêter de penser que nos régions sont concurrentes. Nous devons « chasser en meute », et surtout prendre du plaisir à exercer ces nouveaux métiers », a-t-il invoqué. Une vision partagée par Frédéric Nau, fondateur des éco-stations les bulles vertes. « On peut même travailler avec d’autres filières pour promouvoir l’œnotourisme. Il suffit d’avoir un discours moins centré sur le vin », a-t-il complété. Les plantes, les arbres, la gastronomie, l’histoire ou encore le paysage sont autant de thématiques que l’on peut aborder avec les oenotouristes.

Des pistes pour mutualiser les ressources humaines et financières

Conscients que le recrutement d’un responsable oenotouristique peut constituer un poste d’investissement trop lourd pour les exploitations viticoles, le participants de la table ronde ont imaginé des pistes pour mutualiser les ressources. « Un emploi partagé entre plusieurs domaines est une solution pour créer une offre oenotouristique complète. Mais certains s’y refusent au nom de la confidentialité », a commenté Maxime Toubard. « Pourquoi ne pas créer des sortes de coopératives oenotouristiques dans les villages, qui pourraient faire le lien entre les domaines viticoles mais aussi les boulangers ou les fromagers », a de son côté imaginé Frédéric Nau. Autant de sujets à inclure dans la réflexion sur la structuration de la filière oenotouristique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Pascal Preys, entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur métallique en M, le Tut'M.
[Astuce] « J’ai créé un tuteur s’autoclipsant sur le fil de palissage : le Tut'M »
Pascal Preys, ancien vigneron et entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur en M,…
Les rotors à axe horizontal et fils sont les plus plébiscités par les viticulteurs pour la tonte sous le rang.
Bien choisir ses tondeuses interceps
Afin de répondre à la demande croissante de tonte du cavaillon de la vigne, les solutions techniques se multiplient. Voici les…
Massey Ferguson - Cabine plancher plat et jusqu'à 120 ch sur les MF 3
Massey Ferguson a dévoilé sa nouvelle gamme de tracteurs spécialisés, les MF 3, culminant désormais à 120 ch.
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
Forge Boisnier - L'Emisol XL, le porte-outils bodybuildé toutes options
Connu pour ses porte-outils interceps Emisol, Forge Boisnier en lance une version bodybuildée. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole