Aller au contenu principal

fiche biodiversité
La féverole, précieuse alliée des vignerons

La féverole est une plante légumineuse très appréciée des viticulteurs pour se lancer dans les engrais verts. Facile à implanter, elle contribue notamment à la fourniture d’azote pour la vigne.

La féverole, qui appartient à la famille des fabacées (anciennement appelées légumineuses), fixe l’azote de l’air grâce à la symbiose racinaire créée avec les bactéries du genre Rhizobium. Implantée comme engrais vert sur environ un tiers de la surface d’une parcelle de vigne, elle peut ainsi apporter jusqu’à 30 unités d’azote grâce à une bonne activité symbiotique. C’est d’ailleurs une des raisons majeures pour laquelle la féverole est une plante très appréciée des vignerons qui envisagent de semer des engrais verts. « C’est aussi, souligne Laure Gontier, de l’IFV Sud-Ouest, une plante annuelle dont la conduite est facile, avec une plage de semis souple jusqu’à fin octobre dans le sud de la France, et qui peut être détruite tardivement au printemps pour fixer un maximum d’azote ».

Caractéristiques

Les plus

Grâce à ses nodosités, la féverole assure une forte fixation de l’azote atmosphérique. Par ailleurs, sa bonne capacité de germination (avec de grosses graines) facilite sa mise en place et permet ainsi de réaliser des semis tardifs de féverole après les vendanges. C’est aussi une plante polyvalente qui s’adapte à de nombreux sols et sa puissante racine pivot est un atout pour structurer les sols viticoles. Enfin, le port dressé de la féverole permet de la détruire facilement soit par broyage, soit par roulage.

Les moins

La féverole est une plante peu couvrante au démarrage et ne permet pas d’étouffer des adventices, c’est pourquoi, précise Laure Gontier, « elle est souvent associée à d’autres espèces ». Par ailleurs, un semis trop précoce expose cette plante aux maladies et peut entraîner une diminution de la biomasse foliaire. Pour limiter le risque de maladies, il est recommandé de ne pas la cultiver plusieurs années de suite sur le même sol en alternant par exemple la féverole un rang sur deux. Enfin, le coût de la semence bio certifiée est élevé (130 à 180 euros HT par hectare) mais Antoine Descamps, conseiller technique au sein de AgroBio Périgord, estime qu’il est « très facile de trouver des semences dans les exploitations agricoles à un prix très raisonnable ».

Mode d’emploi

La période de semis idéale pour la féverole se situe en octobre dans le sud de la France, l’objectif étant que les féveroles soient levées avant l’hiver. La densité de semis (130 à 180 kg/ha) dépend à la fois des sols et de la date de semis. La graine doit être positionnée à une profondeur supérieure à 5 cm pour la mettre à l’abri du froid. La destruction de la féverole a lieu en général en mars-avril soit par broyage puis enfouissement (si on souhaite une dégradation et un apport d’azote rapide), soit par roulage.

fiche d’identité

Nom commun Féverole d’hiver

Nom latin Vicia faba

Famille Fabacées

Cycle de vie Annuel

Du semis à la floraison 5, 5 mois

Floraison Mi-avril à mi-mai

Hauteur maximale 140 cm

Système racinaire Pivot très ramifié

Profondeur des racines 80 à 100 cm

Besoins en eaux Modérés

Besoins en nutriments Exigences modérées en phosphore et potasse

Résistance au gel Résistance à des températures de l’ordre de -12 °C du stade 2-3 feuilles au stade 6-7 feuilles. Jusqu’à -16 °C par temps sec et arrivée progressive du froid

Source : IFV
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les amibes sont des micro-organismes unicellulaires. L'une d'elle, Willaertia magna, pourrait bientôt devenir une substance active de lutte contre le mildiou, aux vues de résultats au champ prometteurs. © Amoéba
Essais prometteurs pour un nouveau produit antimildiou de biocontrôle en vigne
Un biofongicide à base d’amibe, en test au champ depuis l’an dernier, a confirmé en 2020 son efficacité contre le mildiou. De…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole