Aller au contenu principal

provence
La Camargue en pleine guerre de territoire

Depuis 2013, une procédure de reconnaissance de l’IGP sable de Camargue en AOP est en cours auprès de l’INAO. Si elle aboutit, les producteurs d’IGP pays des Bouches-du-Rhône pourraient perdre leur dénomination géographique complémentaire (DGC) terre de Camargue. Une situation révoltante pour ces derniers.

Outre la question de l’identité, l’enjeu autour de l'ulitisation de la dénomination "Camargue" est aussi économique pour cette zone qui bénéficie de nombreuses retombées liées au tourisme.
© Communauté de communes Terre de Camargue

La Camargue, ses marais salants, ses chevaux sauvages et ses flamants roses. Derrière cette image idyllique, c’est une véritable guerre de territoire qui se joue entre d’une part les producteurs d’IGP Bouches du Rhône, bénéficiant de la mention complémentaire « terre de Camargue ». Et de l’autre, les producteurs gardois et héraultais de vins IGP sable de Camargue. Ces derniers ont engagé en 2013 une procédure de reconnaissance de l’IGP en AOP sable de Camargue auprès de l’INAO. Problème, la réglementation ne permet pas l'utilisation du terme Camargue par deux produits de catégories différentes, en l’occurrence AOP et IGP.

Lire aussi l'interview de Jean-Marie Cardebat, professeur à l’université de Bordeaux : "Peut-être que certaines appellations ne servent à rien"

Une injustice tant sur le fond que sur la forme

Le début du conflit remonte à 2011 lorsque les occitans renoncent à l’IGP sables du golfe du lion au profit de l’IGP sable de Camargue. « On a fait l’erreur de passer un accord sous seing privé nous donnant droit à la Dénomination géographique complémentaire (DGC) terre de Camargue. Mais cette DGC n’est pas protégeable, donc on peut nous la retirer à tout moment », explique Marie De Monte, directrice du syndicat des IGP bouches du Rhône. Pour Patrick Michel, vigneron au Mas de Valériole, à Arles, c’est une injustice tant sur le fond que sur la forme. « Ce sont les mêmes personnes au niveau de la délégation languedocienne de l’INAO que celles au niveau national. Donc forcément, le dossier a des chances d'aboutir. Or une délégation régionale ne devrait pas avoir le pouvoir de prendre une telle décision ! », dénonce-t-il. « On s’est entendu pendant 10 ans, mais là, stop. »

Lire aussi " L’UE lance la base de données GI View pour défendre ses indications géographiques "

Délimiter la Camargue à partir des cartes historiques

Pour le syndicat des bouches du Rhône, si l’IGP sable de Camargue veut devenir AOP, qu’il en soit ainsi. Mais pas question d’usurper la dénomination Camargue. Pour Patrick Michel, pas question non plus d'intégrer la future aire d'appellation. « On ne veut pas tomber sous le jouc des sables de Camargue, parce qu’on ne veut pas qu’ils fixent les règles",s’agace-t-il. Que l’on commence par délimiter la Camargue à partir des cartes historiques et après on parlera d’appellation ». Il estime que les discussions d’il y a 10 ans doivent reprendre. « Peut-on avoir deux IGP revendiquant la dénomination Camargue ? C’est de là qu’il faut repartir », affirme-t-il.

Lire aussi " Une association pour défendre les rosés de terroirs "

Une entrave aux relations commerciales

Marie de Monte déplore par ailleurs une situation qui a déjà causé trop de torts aux producteurs provençaux. « Ce sont surtout des domaines familiaux et indépendants. Beaucoup ne revendiquent pas la DGC par peur qu’on leur enlève à tout moment », explique la directrice, qui estime à 600 ha potentiels le territoire couvert par la DGC. Un avis partagé par Patrick Michel. « C’est compliqué d’avoir une relation commerciale sur plusieurs années quand on a une épée de Damoclès au-dessus de la tête », expose le vigneron. Outre la question de l’identité, l’enjeu est aussi économique pour cette zone qui bénéficie des retombées liées au tourisme. 

Quelques élus locaux dont le maire d’Arles Patrick de Carolis ont publiquement témoigné de leur soutien aux producteurs et productrices des Bouches du Rhône. La décision de l’INAO est attendue dans l'année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne
Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole