Aller au contenu principal
Font Size

Jérôme Despey réclame un audit de la gestion des aides vitivinicoles

Lors d’une conférence de presse organisée au siège de la FNSEA le 10 octobre, Jérôme Despey a pris sa casquette de président de la commission viticole du syndicat agricole pour s’alarmer sur la gestion de l’OCM vitivinicole.

Le 10 octobre, au siège de la FNSEA, à quelques jours du Conseil spécialisé vin de FranceAgriMer, Jérôme Despey a réclamé un audit externe de la gestion des aides vitivinicoles.
© C. Gerbod

« Pour la première fois nous n’allons pas décaisser l’intégralité de l’enveloppe des aides FranceAgriMer. Sur les 280,5 millions d’euros de l’enveloppe annuelle, 30 à 40 millions d’euros vont retourner à Bruxelles » (1), a martelé Jérôme Despey, président de la commission viticole de la FNSEA, lors d’une conférence de presse organisée au siège du syndicat. « Il y a un problème de gestion. Je demande au ministre de mettre en place une mission d’audit externe de la gestion des OCM vitivinicoles parce qu’on ne peut pas rester dans cette situation-là », a assené le responsable syndical, qui est par ailleurs président du Conseil spécialisé vin de FranceAgriMer.

Les aides à la promotion concentrent les retards

La situation est particulièrement critique pour les aides à la promotion et dépasse le seul problème de l'enveloppe annuelle. Des dossiers des années antérieures ne sont pas encore soldés. « Sur la promotion export, il y a des entreprises, des interprofessions, des viticulteurs qui ne sont pas payés depuis 2013. La situation n’est pas tenable », a souligné Jérôme Despey. Il a estimé qu’il y avait autour de 40 millions d’euros encore à payer sur ces dossiers, en tenant compte des actions non réalisées, sous-réalisées ou inéligibles. « Peut être les agents n’ont pas les moyens suffisants », s’est interrogé Jérôme Despey qui ne souhaite pas « accabler les agents ». Mais il a souligné l’absence de réponse lors du suivi des dossiers, vécue comme de la « déconsidération » par nombre de demandeurs d’aides. « Depuis des années, il y a un découragement des entreprises au vu de la lenteur et des risques de se faire sanctionner en cas d’erreur ou de sous réalisation », a t’il constaté, en soulignant toutefois qu'il n'y avait pas de problème de "dynamique des mesures" puisque des demandes étaient déposées de la part des acteurs de la filière. "Les entreprises veulent se battre à l'export", s'est-il exclamé.

Un contexte particulièrement sensible

Cette demande d’audit résonne comme un cri d’alarme alors que les perspectives à l’export se compliquent pour la filière et que les discussions sur la future nouvelle PAC vont reprendre au niveau européen.

« Quel va être le signal donné à l’Union Européenne si la France ne consomme pas l’intégralité de l’aide ? L’OCM vitivinicole est une mesure capitale car elle est structurante. C’est un outil de modernisation des exploitations », a plaidé Jérôme Despey.

« 30 millions d’euros d’aides européennes, cela représente 100 millions d’euros d’investissement pour les entreprises dans leurs chais, et injectés directement vers les artisans locaux et fournisseurs de matériel, et 20 millions d’euros de TVA ! Nous ne comprenons pas le calcul économique qui a été fait en ne se dotant pas des moyens nécessaires ! », se sont indignés de leur côté les Vignerons Indépendants, dans un communiqué diffusé le 11 octobre.

Le prochain Conseil spécialisé vin de FranceAgriMer est prévu le 16 Octobre.

(1) Le 16 octobre, Jérôme Despey a finalement avancé le chiffre de 15 millions d'euros concernant l'enveloppe annuelle non utilisée, une accélération du traitement des dossiers étant intervenue dans les jours précédents la date limite du dépôt des dossiers fixée au 15 octobre 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole