Aller au contenu principal

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne

Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les parcelles non mécanisables, mais se limitera à une petite portion de cavaillon dans les autres cas.

© JC. Gutner

L’agence nationale de sécurité sanitaire, l’Anses, a rendu son rapport sur l’évaluation comparative du glyphosate la semaine dernière. En ce qui concerne la viticulture, elle préconise que le glyphosate soit gardé à la dose actuelle (2160 g/ha) dans les parcelles non mécanisables, c’est-à-dire les vignes installées en forte pente ou en terrasse, en sol caillouteux ou encore les vignes-mères de porte-greffes. Dans ces situations, les modalités d’emploi ne changeront pas. L’agence préconise en revanche de réduire la dose dans tous les autres cas à 450 g/ha, afin de pouvoir intervenir sur le cavaillon. Et précise les conditions d’emploi : « Ne pas appliquer entre les rangs », « Ne pas appliquer sur plus de 20 % de la surface de la parcelle », « Ne pas dépasser la dose annuelle de 450 g de glyphosate par hectare ». L’Anses justifie ces conditions par le fait que des alternatives réalistes existent pour la gestion des adventices dans l’inter-rang. « En revanche, pour le désherbage sous le rang, la substitution n’est pas possible, compte tenu des inconvénients majeurs identifiés », estime l’agence.

Des restrictions appliquées via les autorisations de mise sur le marché

En ce qui concerne la mise en place de ces restrictions, cela ne se fera pas par une réglementation nouvelle mais par le biais des Autorisations de mise sur le marché (AMM), lors des évaluations ou réévaluation de produits. « C’est acté pour toute une première vague de produits qui ont été réévalués, ce sera une affaire de quelques mois pour les suivants », affirme Marie-Christine de Guenin, à la direction des Autorisation de mise sur le marché de l'Anses. Du côté de la production, la FNSEA estime que cette décision, en plus de créer des distorsions de concurrence supplémentaire, ne couvre pas toutes les impasses techniques qu’elle a démontré. En vigne, la véritable impasse dans de telles conditions concerne le désherbage sur le rang en vignes étroites. « Appliquer sur 20 % de la surface, en Champagne cela veut dire qu’il faudrait entretenir l’inter-rang jusqu’à 10 centimètres du cep, analyse Johan Kouzmina, conseiller viticulture à la chambre d’agriculture de la Marne. Avec notre taille basse c’est tout bonnement impossible sans abîmer les pieds. Dans de telles conditions cela signerait l’arrêt du glyphosate. » Des recours sont possibles jusqu’à début décembre. « Nous n’avions pas identifié cette impasse avec les éléments dont nous disposions pour statuer, mais il y aura probablement une réflexion sur ce point et d’éventuels ajustements », concède Marie-Christine de Guenin.

 

Le 8 octobre dernier, l'Anses a statué sur neuf produits, dans le cadre des renouvellements d'AMM. Cela a conduit au retrait de trois produits à base de glyphosate: le Glifopec 450 SL, le Helosate Plus et le Typhon. Trois autres ont été renouvelés aux conditions citées plus haut: le Kyleo, le Touchdown Foret et le Touchdown System 4. Enfin, deux nouveaux produits ont été autorisés, également avec les nouvelles conditions d'usage: le Gallup 360-K et le Krypt 540, tout deux de la firme Barclay.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
L'élévateur de vendange a remplacé six porteurs.  © Alabeurthe
[VIDEO] Un tapis élévateur pour mécaniser la vendange manuelle
Depuis 2019, Michel Laroche est équipé d’un tapis élévateur sur tracteur enjambeur pour remplacer les porteurs.
Le mildiou produit ses œufs en associant deux types sexuels différents et utilisent une hormone pour y arriver. Cela ouvre la voie à une potentielle lutte par confusion. © Inra
Lutter contre le mildiou par confusion sexuelle ?
Un groupe de chercheurs français vient de faire une découverte importante sur les gènes du déterminisme sexuel du mildiou, ce qui…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Cinq questions sur les analyses de résidus de pesticides dans les vins menées par l'association Alerte aux toxiques
La publication le 15 septembre dernier des résultats d’analyse de résidus de pesticides dans 22 vins dont une majorité certifiés…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole