Aller au contenu principal

Certifications environnementales et vins faciles à boire sont toujours tendances en grande distribution

Le mois de juin est celui de la traditionnelle présentation des foires aux vins d’automne des différentes enseignes. L’occasion de faire le point avec les acheteurs de grande distribution (GD) sur les tendances du marché.

© J.GRAVÉ

A l’heure de présenter les foires aux vins (FAV) d’automne de 2021, les enseignes de grande distribution française ont plutôt le sourire. Il faut dire que, malgré les gros doutes qui pesaient sur les opérations de fin 2020, celles-ci ont été un réel succès. « C’est la meilleure foire aux vins que l’on ait faite », avoue Lidl. De son côté, Magasins U parle de +9 %. La théorie selon laquelle les Français ont puisé dans les stocks pendant le confinement et ont eu besoin de refaire leur cave se serait donc vérifiée. Et les enseignes s’attendent à un phénomène similaire en 2021, les stocks à domicile ayant sous doute été entamés entre novembre et mai, alors que les bars et restaurants étaient fermés. Du côté des référencements, la tendance de la naturalité s’accentue. Les enseignes retiennent de plus en plus de cuvées labellisées HVE, bio, biodynamie ou sans sulfite. « 40 % de notre offre de FAV est sous démarche environnementale », note-t-on chez Magasins U. Chez Casino, la part de ces vins passe de 27 % en 2020 à 37 % pour 2021. Pour Johann Boluda, responsable achat chez Lidl, « il est toutefois difficile de trouver en bio la qualité et les volumes qui vont avec ». Un constat partagé, en particulier dans les vignobles septentrionaux, par Arnaud Mateos, aux achats chez Casino.

Lire aussi : Costco, des opportunités rares mais durables

Concernant les profils de produits, la tendance générale est toujours la même : des vins toujours plus fruités, légers et faciles à boire. En rouge, les régions ayant le vent en poupe sont la Bourgogne, le Beaujolais et la Loire. Les Bordeaux et les vins de garde continuent d'être à la peine, comme les vins d’Alsace. Le segment du blanc est pourtant toujours dynamique, « il le redevient », précise Pierre-Yves Humbert chez Casino. De même pour les rosés style « Provence », « bien qu’il y ait eu quelques difficultés sur le rosé l’été dernier dans les magasins situés en zones touristiques », note l’acheteur de Casino.

Autre tendance constatée, les enseignes sont de plus en plus férues d’identité (domaines, châteaux…). Jean-Luc-Houdayer, des Magasins U, se réjouit d’ailleurs d’avoir « accès à des vignerons qui ne voulaient pas travailler autrefois avec la grande distribution ». Chez U, on précise également que la part des vins avec une mécanique promotionnelle est en constante augmentation : 4,07 % en 2019, 9,6 % en 2020 et plus de 15 % attendus pour 2021.

Pour finir, le vin se voit férocement concurrencé dans toutes les enseignes par la bière : la taille du rayon bière est en constante progression, encore et toujours, et cela bien souvent au détriment du rayon vin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole