Aller au contenu principal

François D’Haene, un vigneron au sommet

Quand il ne court pas, il foule… François D’Haene, l’un des meilleurs "ultratrailers" au monde, est aussi vigneron dans le Beaujolais.


À foulées régulières, François D’Haene dévale la colline qui surplombe le domaine Germain à Saint-Julien, dans le Sud Beaujolais. Sans un signe d’essoufflement, l’ultratrailer abandonne ses baskets pour sauter dans ses bottes de vigneron. Direction le chai, où l’attendent son épouse Carline et deux pressurages. C’est déjà la cinquième vinification pour le couple qui a eu l’opportunité de sauver des parcelles familiales destinées à l’arrachage, soit un peu plus de 3 hectares en beaujolais-villages. La surface a depuis été étendue à un hectare de moulin-à-vent et quelques arpents de chénas.

La récompense au bout de l’effort

La gymnastique est bien huilée, François embrasse sa double vie avec aisance, laissant la troisième de côté — il est kinésithérapeute de formation. Il n’hésite même pas à déguster ses moûts, avec modération, à l’approche des compétitions. Le trentenaire trouve même beaucoup de points communs entre ses deux métiers. « Dans les deux cas, c’est un challenge à relever ; des heures de travail ou d’entraînement pour arriver à la récompense : déguster sa cuvée ou franchir la ligne. » Deux activités qui, selon lui, partagent aussi les mêmes incertitudes. « Quand on démarre une course de 160 kilomètres en montagne, on ne sait jamais ce qui peut arriver, il faut s’adapter en permanence. C’est un peu pareil quand commence la saison viticole. »

Du cuvage aux alpages

Ses victoires dans les courses prestigieuses en ont fait une référence mondiale de la discipline. Pourtant, de retour sur son terroir d’adoption, il cultive l’humilité autant que le gamay. Au chai, le couple vinifie dans la plus pure tradition locale, le fruit des vieilles vignes qui lui octroient des rendements modestes. Il s’autorise une macération poussée sur ses meilleurs terroirs et utilise le fût avec parcimonie pour conserver la fraîcheur du cépage. Et puis sans transition, François rechausse ses baskets, direction les Bauges. « Quand j’ai besoin d’un entraînement de 6 à 7 heures, je pars courir dans les Alpes. Je réserve le Beaujolais pour des entraînements de 2 à 3 heures car ici, il y a moins de dénivelés et de technicité sur les parcours. »

La renommée du coureur n’est sans doute pas étrangère à la réussite commerciale du domaine : 100 % de la production (plus de 15 000 bouteilles) est vendue en direct, dont une partie en Chine. « Nous tenons parfois un stand en marge des grandes compétitions », signale d’ailleurs Carline. Sur la piste comme à la vigne, la réussite est au rendez-vous.

« Dans les deux cas, c’est un challenge à relever, des heures de travail ou d’entraînement pour déguster sa cuvée ou franchir la ligne d'arrivée »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
La viticulture bio progresse fortement dans 4 régions en 2020
Si en 2020, la viticulture bio a progressé en surface de 22% par rapport à 2019, elle le doit à un essor particulièrement marqué…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole