Aller au contenu principal

Repas de fin d’année 2020 : les Français ont envie de se faire plaisir

La plateforme de vente en ligne de produits frais Epicery a mené un sondage afin de savoir ce que les Français prévoient de mettre aux menus des repas de Noël et de la Saint-Sylvestre. Bonne nouvelle, le vin sera présent sur les tables de 73 % des personnes interrogées. Le budget alloué sera par ailleurs gonflé par rapport à 2019.

D'après le sondage mené par la plateforme Epicery, les Français prévoient d'organiser de véritables festins à l'occasion des fêtes de fin d'année. Un façon de toruver un peu de réconfort alors que la morosité induit par les confinements gagne du terrain.
© BUZZPRESS

En pleine crise sanitaire, les Français ont-ils prévus d’adapter la carte de leurs traditionnels menus de fin d’année ? C’est la question que la plateforme de vente en ligne Epicery à poser à quelques 11 224 consommateurs entre le 6 et le 13 novembre 2020. La réponse est non pour 67% d’entre eux qui comptent servir les mets traditionnellement consommés en cette période. À la différence près que le budget alloué sera supérieur à celui de 2019 pour 54 % des répondants. Ainsi, 49% des sondés prévoient de dépenser entre 150 et 200€ par personne pour le repas de noël. Le repas de la Saint-Sylvestre sera toutefois plus modéré, 68 % des personnes ayant déclaré ne pas souhaiter dépasser un budget de 150€ par personne.

Des produits de qualité en quantité

92% des personnes interrogées prévoient de « faire encore plus la fête » et 88 % de « se faire encore plus plaisir ». Elles sont ainsi 58 % à déclarer privilégier tant la quantité que la qualité. Le vin arrive à la deuxième place des produits incontournables, avec 73% des votes, juste derrière les confiseries et chocolats (79%). Le champagne sera également de la fête pour 62% des répondants. De quoi rassurer (un peu) les producteurs de bulles qui subissent de plein fouet les conséquences de la crise de la covid-19. Enfin, 34% des sondés affirment également prévoir des digestifs en fin de repas.

Des achats effectués principalement en supermarchés

En majorité, les Français ont prévu de réaliser leurs achats en supermarchés (55%), et dans une moindre mesure chez les commerçants de proximité (31%). Ce sont principalement les femmes (62%) qui seront en charge de cette tâche. Seuls 6% des sondés envisagent de recourir à la vente en ligne, une tendance à contre-pied de ce qui a été observé au cours des derniers mois. Ceci peut toutefois s’expliquer par le fait que les consommateurs déclarent avoir besoin d’être conseillés par des professionnels pour réaliser ces achats-là.

Conscients du risque de voir se déclencher une troisième vague à la rentrée, 69 % des sondés ont déclaré réduire le nombre de convives autour de la table.

Lire aussi " [ COVID-19] Construire sa communication « spéciale fêtes » en cinq étapes "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole