Aller au contenu principal

Épicure : les leçons du couac de 2015

En 2015, certains vignerons du Saint-Émilionnais et du Libournais se sont retrouvés avec de fortes attaques de mildiou. En cause, le modèle Épicure.

Le risque mildiou a été mal évalué par le modèle Épicure de l'IFV en 2015. Les modifications ont été intégrées pour 2016.
© J.-C. Gutner

Thomas Thiou, du château La Couronne, à Montagne Saint-Émilion, fait partie des viticulteurs girondins qui se sont fait surprendre en 2015 par le mildiou. Au final, l’une de ses parcelles, très humide et peu ventilée, a vu son rendement chuter de 30 % à 40 % suite aux attaques conjuguées de mildiou et de black-rot. "Dès la fin avril, on savait que les conditions étaient favorables à l’explosion du mildiou, explique-t-il, mais nous n’étions pas en alerte car les modèles que nous suivons sur l’exploitation disaient que les œufs n’étaient pas mûrs. Autrement dit, il n’y avait pas d’urgence à traiter." À l’IFV, Marc Raynal analyse le couac : "En début de saison, le modèle Épicure n’a en effet pas décrit une contamination parfois localement forte, à très forte, sur l’ensemble du vignoble, alors que sur le terrain une attaque assez générale a été relevée la deuxième semaine de mai."

Les attaques ont en effet été très fortes dans certains secteurs girondins (nord Gironde, Libournais, nord Médoc, Pessac-Léognan). Pour cerner leur localisation et leur ampleur, des réunions ont été organisées et une enquête déclarative a été lancée auprès des viticulteurs d’Aquitaine. 270 ont répondu. Bilan : sur la campagne, même incorrectement estimé, ce risque ne se serait pas traduit pour autant, sauf sur quelques rares exploitations viticoles, par des baisses de rendement très significatives. La climatologie qui a suivi a été favorable à un assainissement.

Mais que s’est-il passé avec le modèle en amont ? En avril 2015, deux phénomènes se sont conjugués. Sur la deuxième décade d’avril, une période climatique très inhabituelle, à la fois chaude et sèche avec des températures atteignant 30 °C, a été interprétée par le modèle comme une "phase de baisse de risque". Elle a été suivie le 18 avril par une pluie importante, qui aurait permis le sursaut de développement du champignon, en réactivant l’inoculum préparé juste avant.

Épicure a été modifié pour intégrer cette nouvelle donne

En outre, l’enquête met en lumière que les viticulteurs ayant traité avant fin avril ont rencontré moins de problèmes. "Des modèles "plus pessimistes", ajoute Marc Raynal, ont donc eu raison en 2015 d’inciter à traiter plus tôt, mais pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils sont plus performants, tant ils peuvent induire des traitements parfois inutiles." Cet épisode qui survient dans un contexte assez tendu illustre aussi les limites "économiques" de la prise de risque encourue pour satisfaire l’exigence "sociétale" de la diminution du nombre de traitements. Quoi qu’il en soit, pour 2016, le modèle Epicure a été modifié pour intégrer cette nouvelle donne. "Nous allons devoir regagner la confiance des viticulteurs, poursuit Marc Raynal. Et dans la balance en notre faveur nous espérons qu’il y aura tout de même de leur part la reconnaissance que ce modèle fonctionne plutôt correctement près de neuf années sur dix depuis plus de vingt ans."

Quant à Thomas Thiou, il est désormais beaucoup plus vigilant concernant cette parcelle plus humide et précise qu’il "assume aussi la prise de risque car ma stratégie a toujours été claire. Depuis quatre à cinq ans, je suis les préconisations de plusieurs modèles. Je connais désormais les plus pessimistes et je prends mes décisions différenciées en intégrant ce paramètre."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole