Aller au contenu principal

Oenologie
En Suisse, les zéolithes stabilisent les vins à bas prix


Les Suisses, et plus particulièrement le centre de recherche Agroscope RAC de Changins, travaillent à la mise au point d´un nouveau procédé de stabilisation tartrique des vins, à la fois naturel et intéressant financièrement. " Tous les procédés actuels, que ce soit la stabilisation au froid par contact, l´électrodialyse ou les échangeurs de cations, coûtent cher, déplore Philippe Cuénat, à l´origine du projet à Changins. Seul l´ajout d´acide métatartrique est bon marché mais il ne donne pas de garantie de stabilité au-delà de six mois. " Les chercheurs se sont donc orientés vers des échangeurs d´ions moins onéreux et ont retenu une zéolithe. Les zéolithes étant en fait des silicates d´aluminium, sortes d´argiles, que l´on trouve dans la nature et que l´on peut également synthétiser. " Ces zéolithes ont surtout la particularité de fixer les ions potassium (K+) du vin et de les remplacer par des protons H+, explique le chercheur.
Le vin est stabilisé par passage dans une colonne de zéolithe, qui retient les ions potassium et les remplace par des ions H+. ©D. R.

Le tartre étant formé d´acide tartrique et de potassium, il suffit d´éliminer 10 à 30 % des ions potassium pour éviter toute précipitation ultérieure et stabiliser un vin. "
La zéolithe sélectionnée s´avère efficace aux pH acides du vin et respecte les autres constituants. Proche des bentonites et du kieselghur, elle est également neutre de goût et alimentaire. " L´échange d´ions induit cependant une légère acidification
du vin ainsi qu´une diminution de son pH. "
En pratique, le traitement n´est pas aussi simple que l´ajout de bentonite dans le vin. La zéolithe doit être préalablement placée dans une colonne, dans laquelle le vin circule en circuit fermé.
Tout aussi efficace et peu coûteux que soit ce procédé, il ne devrait pas pour autant être généralisé avant plusieurs années. Il lui faudra d´abord franchir les longues étapes nécessaires à sa reconnaissance comme pratique oenologique à la fois par l´OIV et l´Union européenne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole