Aller au contenu principal

DIX ANS SANS ARSÉNITE
EN FINIR AVEC LES MALADIES DU BOIS

Des recherches tous azimuts sont menées pour contrer les maladies du bois qui ravagent le vignoble. Indéniablement, celles-ci avancent même s’il faudra encore se contenter et surtout attendre le moyen terme pour obtenir des solutions sinon radicales, du moins efficaces tant le problème est complexe.

SELON L’INRA, 11 % du vignoble
serait improductif du fait
des maladies du bois.
SELON L’INRA, 11 % du vignoble
serait improductif du fait
des maladies du bois.
© J.-C. Gutner

Cela fera bientôt dix ans que l’arsénite de soude a été interdit. Bien qu’il fut le seul produit chimique efficace pour lutter contre les champignons associés aux maladies du bois. Mais son impact extrêmement négatif et même toxique sur la santé des applicateurs n’était pas en mesure de contrebalancer cet effet curatif. La décision d’arrêter sa commercialisation a été prise mais depuis ces maladies (esca, black dead arm ou BDA, eutypiose) progressent. En France, selon l’Inra de Bordeaux, 11% des ceps seraient improductifs à cause d’elles. 2010, selon l’IFV, aurait été une année marquée par une forte extériorisation des symptômes notamment d’esca et de BDA dans la plupart des vignobles. Pourtant, et même si les pouvoirs publics ont mis des moyens financiers non négligeables pour appuyer les recherches dans ce domaine, les conséquences économiques que font peser les maladies du bois sur les exploitations viticoles n’ont jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une étude nationale. “ Calculer un coût global de leur impact est assez délicat. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte ”, explique la chambre d’agriculture de la Gironde. “ Des pertes viticoles ont été évaluées à 20 % par an pour le sauvignon blanc ” Cependant quelques études régionales existent. Michel Badier de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher suit une parcelle depuis 2003. Selon ses calculs, la perte est de 22000 euros/ha pour une exploitation comptant 10 ha de sauvignon et 10 ha des autres cépages plantés dans le département. “ Les pertes viticoles ont été évaluées à 20% par an pour le sauvignon blanc. Elles comprennent les souches mortes ainsi que les complants ”, indiquet- il. Pour les autres cépages plantés dans le Loir-et-Cher, les pertes sont évaluées à 8 %. “ Nous avons calculé que les pertes étaient d’environ 16000 euros pour un rendement à 120 hl/an pour une parcelle de 10 hectares de sauvignon. Pour les autres cépages sur la même surface, la perte est de 5000 euros ”, poursuit-il. A l’échelle du département, ses calculs le conduisent à évaluer la perte de récolte de 5 à 6millions d’euros/an. La Fédération des vignerons d’Indre et Loire a également fait l’exercice en s’intéressant au coût de remplacement du vignoble. Il s’élève de 12 à 14millions d’euros pour le département. “Deux millions de pieds meurent chaque année dans le département en hypothèse basse, soit 3% de mortalité. Cette estimation concerne nos trois principaux cépages: le cabernet franc, le sauvignon et le chenin ”, indique Guillaume Lapaque, directeur de la Fédération des vignerons d’Indre-et-Loire. Pour lui, comme pour Michel Badier, ces chiffres peuvent se comparer au 1,5million d’euros consacrés à la recherche sur les maladies du bois sur trois ans pour tout le territoire national. Ces chiffres témoignent pourtant “ d’une volonté forte de la part du ministère de l’Agriculture et des professionnels de la filière pour trouver des solutions durables contre ces fléaux ”, indique l’IFV. “ Et l’on ne peut que constater que cela a donné un sérieux coup de fouet à la recherche ”, souligne Philippe Larignon de l’IFV et chef de projet “maladies du bois ”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Le vin en canette vise le créneau premium
Après le lancement d’un cru du Beaujolais fleurie conditionné en canette en novembre 2020 par Les vins de Vicky, l'entreprise La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole