Aller au contenu principal

En Anjou, des essais prometteurs sur les voiles d’hivernage pour protéger les vignes du gel

Dominique Sirot, vigneron au domaine Le Fief noir à Saint-Lambert-du-Lattay en Anjou, teste depuis 2 ans la protection antigel par des voiles d’hivernage, avec deux autres vignerons. Les résultats obtenus cette année les ont convaincus que c’est une vraie piste à perfectionner.

Face au gel d'avril 2021, les voiles d'hivernage testés en Val de Loire par trois vignerons ont montré un vrai potentiel d'efficacité. Ils cherchent des partenaires pour développer cette piste.   © D.Sirot
Face au gel d'avril 2021, les voiles d'hivernage testés en Val de Loire par trois vignerons ont montré un vrai potentiel d'efficacité. Ils cherchent des partenaires pour développer cette piste.
© D.Sirot

« Nous avons eu 100% de réussite là où le rang témoin a gelé à 100% », lance Dominique Sirot, à propos de son essai de protection des vignes contre le gel par voile d’hivernage. Un résultat qu’il n’a donc pas de mal à qualifier « d’exceptionnel ». Le vigneron, installé au domaine Le Fief Noir en Anjou sur 30 hectares, a débuté l’expérimentation l’an dernier. Cette année, les voiles installés sur un demi-hectare ont donc fait face à un épisode de gel extrême. « On a pu vérifier que ça marchait sur tous les types de gel ».

Essai voile d'hivernage en Anjou

Les résultats obtenus lors du froid sec des premiers jours de gel (7 et 8 avril) se sont confirmés avec l’épisode de la semaine suivante, « un froid violent, radiatif, avec une forte humidité ». « Nous avons mesuré -4° à l’extérieur, 1° sous le voile », cite le vigneron en exemple. Il avance un coût de 1 000 à 1 200 euros l’hectare (hors pose) sachant que les voiles sont réutilisables. Cette année, compte tenu de la durée de l’épisode de gel, les voiles sont restés en place une quinzaine de jour. Ils ont été positionnés quelques jours avant l’alerte.   

Prévue sur 3 ans, l’expérimentation rassemble aussi Mathieu Vallée, vigneron du château Yvonne à Saumur-Champigny et Emmanuel Ogereau, du domaine Ogereau à Saint-Lambert-du-Lattay. Ils testent cette méthode sur des surfaces comparables. Elle est menée en lien avec l’Association technique des vignerons (ATV 49) de la chambre d’agriculture du Maine-et-Loire .

Passer à l'échelle supérieure pour améliorer la méthode

Pour aller plus loin, les vignerons souhaitent impliquer de nouveaux partenaires. «  Ça n’est pas encore reconnu comme une méthode officielle mais elle a beaucoup d’atouts », s’enthousiasme Dominique Sirot en alignant les avantages sur le plan environnemental : pas besoin d'eau, pas de fumées, pas de bruit, pas de consommation de carburant, matériau réutilisable... Si une accélération de la végétation est constatée par un effet de serre, Dominique Sirot a observé que quinze jours plus tard, l’écart avec l’état végétatif de rangs non couverts et non gelés ne se voit plus.

Lire aussi : La Cave des Vignerons de Buxy se lance dans la lutte antigel par thermonébulisation

Reste à améliorer la technique. « On est aux prémices. Il y a des partenaires industriels à trouver pour travailler sur les temps de mise en œuvre pour dérouler et enrouler les voiles. Nous avons aussi besoin d’innovation sur la matière elle-même qui est fragile afin d’éviter les risques de déchirement et sur la façon de lier les laizes ». Autre chantier, l’aspect réglementaire, « aujourd’hui ce n’est pas complétement interdit, pas complètement autorisé ». Pour ce vigneron, comme pour tant d’autres, la recherche de solutions viables techniquement et financièrement est vitale. Il a repris le domaine en 2014. Ses 30 hectares en bio ont connu le gel en 2016, 2017, 2019 et 2021. Il imagine idéalement pouvoir déployer cette méthode de protection sur 10 ha, soit un tiers de sa surface en utilisant d’autres méthodes sur 10 autres hectares gélifs.

Lire aussi : Avalanche d'innovations contre le gel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole