Aller au contenu principal

Détruire les ravageurs avec un laser

Avec cet appareillage, François Gabriel Feugier vérifie si la détection est correcte et si le laser s'allume au bon moment (sur les ravageurs et non sur les feuilles).
© F.-G. Feugier
Qu’est ce que ce projet ?

L’entreprise Green Shield Technology travaille sur l’identification des ravageurs agricoles par spectrométrie. Le but est de pouvoir les détecter et les éradiquer d’un coup de laser, en un seul passage de robot.

Comment cela devrait-il fonctionner ?

La société établit une base de données compilant la signature spectrale de chaque « peste ». En viticulture, cela pourra aussi bien aller du mildiou et de l’oïdium, aux vers de la grappe ou à la cicadelle de la flavescence dorée. « En ce qui concerne cette dernière, nous pourrons la toucher si elle réagit plus lentement que le temps d’analyse et déclenchement du laser, mais nous ne pourrons pas atteindre le phytoplasme à l’intérieur du cep, concède le chercheur et fondateur de l’entreprise, François Gabriel Feugier. En revanche, nous pourrons voir des détails et des symptômes indiscernables à l’œil nu. »

Une fois la base de données réalisée, un robot patrouillera dans les parcelles, scannera chaque cep et chaque feuille, et comparera le spectre de chaque point mesuré à celui des ravageurs. Dès qu’une signature spectrale correspondante à une signature de la base de données des « pestes » sera détectée, l’appareil déclenchera une impulsion laser très courte. « Pour le moment, nous pensons utiliser des lasers verts, dont l’énergie est absorbée par les pestes – ce qui les détruit – mais très peu par le végétal – ce qui n’abîme pas la vigne –, poursuit François Gabriel Feugier. Nous verrons plus tard pour adapter la couleur du laser en fonction de la peste. »

Le but du projet est également d’être prédictif. « Nous allons faire du big data sur l’évolution temporelle des signatures spectrales collectées en continu sur chaque parcelle et sur de longues périodes, explique le chercheur. Et à partir de cela, nous pourrons prévoir la composition de la base de données des signatures des ravageurs dans le futur, et ainsi les empêcher d’échapper à la détection en changeant de signature spectrale, en d’autres termes, de devenir résistante au procédé. » Cela aura donc pour avantage d’éviter l’apparition d’une résistance, et aussi d’avoir un suivi de l’évolution des attaques de ravageurs dans le temps.

À quel stade de développement en est le projet ?

Un brevet est déposé tant en Europe qu’en Amérique sur la méthode de lutte, le programme et l’appareil. La preuve de concept est sur le point d’être terminée. À présent, la firme et des laboratoires planchent sur la réalisation d’une maquette qui devrait être finalisée courant ou fin 2017. « À ce stade, l’appareil sera beaucoup plus rapide mais pas encore très mobile », indique François Gabriel Feugier. Il faudra attendre 2018 pour les premiers tests au champ et des applications en serres, et 2020 pour un début de commercialisation plus large.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
La société S.Delafont Barrels commercialise des fûts inox de 320 l à 1650€ HT. Il est possible de financer pour partie l'achat de ces contenants via la subvention "innovation" de FranceAgriMer © J. Gravé
Les fûts se mettent à l'inox
La société gardoise S. Delafont Barrels conçoit et commercialise des fûts de 320 litres en acier inoxydable. Favorisant la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole