Aller au contenu principal

Oenologie
Des souris pour mesurer les risques d´allergie liés à la consommation de vins collés

Des souris servent de cobayes pour mesurer les risques d´allergie liés à l´ingestion de vins collés avec des protéines susceptibles d´être allergènes.


Peut-on être faire une réaction allergique en buvant du vin collé avec des protéines potentiellement allergènes ? La question se pose d´autant plus que la réglementation européenne va prévoir l´obligation de mentionner sur les étiquettes la présence possible d´allergènes dans le vin, comme les produits à base d´oeuf, de poisson, de lait, de gluten, de sulfites... En l´absence de données et de cas avérés sur les hommes, la réponse pourrait être fournie dans le courant de l´année... par des souris. Une expérimentation est en effet en cours à l´Institut national agronomique de Paris Grignon pour étudier les éventuelles allergies aux résidus de colles protéiques de ces petites bêtes. Il s´agit de vérifier si les colles protéiques perdent ou non leur caractère allergène lorsqu´elles se retrouvent sous forme de traces dans un milieu alcoolisé riche en polyphénols.
« La première étude porte sur les risques d´allergie à l´ovalbumine, à la colle de poisson et à la caséine, rapporte Caroline Lataste qui suit le dossier à l´ITV. Le but est de travailler sur des souris reconnues allergiques à ces colles, pour vérifier si elles réagissent ou non à des vins collés. »
©D. R.


Deux souches de souris ont donc été sélectionnées, qui réagissent à la fois après une injection intrapéritonéale de l´une des trois colles et après l´ingestion des mêmes colles. Elles ont alors ingéré, ou reçu par injection, différents vins collés (un chenin et un sauvignon collés à la colle de poisson (2 g/hl) et à la caséine (50 et 100 g/hl), et un cabernet franc traité à l´albumine), avec ou sans lies de colle. Les souris n´ont cependant pas eu droit au vin mais seulement à un extrait lyophilisé et désalcoolisé car « elles réagissent trop à l´alcool, précise Caroline Lataste, on préfère commencer avec un modèle simple ». Pour l´heure, l´observation des premières souris et le dosage des anticorps dans leur sang est en cours de réalisation, aucun résultat validé n´a encore été obtenu, « mais le modèle fonctionne, nous allons pouvoir multiplier les essais à l´avenir ».
Pas question de mener la même expérimentation sur des humains, vu les risques encourus. Par contre des dosages d´anticorps seront effectués sur des sérums humains. Les résultats finaux sont prévus pour 2007.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole