Aller au contenu principal
Font Size

Oenologie
Des souris pour mesurer les risques d´allergie liés à la consommation de vins collés

Des souris servent de cobayes pour mesurer les risques d´allergie liés à l´ingestion de vins collés avec des protéines susceptibles d´être allergènes.


Peut-on être faire une réaction allergique en buvant du vin collé avec des protéines potentiellement allergènes ? La question se pose d´autant plus que la réglementation européenne va prévoir l´obligation de mentionner sur les étiquettes la présence possible d´allergènes dans le vin, comme les produits à base d´oeuf, de poisson, de lait, de gluten, de sulfites... En l´absence de données et de cas avérés sur les hommes, la réponse pourrait être fournie dans le courant de l´année... par des souris. Une expérimentation est en effet en cours à l´Institut national agronomique de Paris Grignon pour étudier les éventuelles allergies aux résidus de colles protéiques de ces petites bêtes. Il s´agit de vérifier si les colles protéiques perdent ou non leur caractère allergène lorsqu´elles se retrouvent sous forme de traces dans un milieu alcoolisé riche en polyphénols.
« La première étude porte sur les risques d´allergie à l´ovalbumine, à la colle de poisson et à la caséine, rapporte Caroline Lataste qui suit le dossier à l´ITV. Le but est de travailler sur des souris reconnues allergiques à ces colles, pour vérifier si elles réagissent ou non à des vins collés. »
©D. R.


Deux souches de souris ont donc été sélectionnées, qui réagissent à la fois après une injection intrapéritonéale de l´une des trois colles et après l´ingestion des mêmes colles. Elles ont alors ingéré, ou reçu par injection, différents vins collés (un chenin et un sauvignon collés à la colle de poisson (2 g/hl) et à la caséine (50 et 100 g/hl), et un cabernet franc traité à l´albumine), avec ou sans lies de colle. Les souris n´ont cependant pas eu droit au vin mais seulement à un extrait lyophilisé et désalcoolisé car « elles réagissent trop à l´alcool, précise Caroline Lataste, on préfère commencer avec un modèle simple ». Pour l´heure, l´observation des premières souris et le dosage des anticorps dans leur sang est en cours de réalisation, aucun résultat validé n´a encore été obtenu, « mais le modèle fonctionne, nous allons pouvoir multiplier les essais à l´avenir ».
Pas question de mener la même expérimentation sur des humains, vu les risques encourus. Par contre des dosages d´anticorps seront effectués sur des sérums humains. Les résultats finaux sont prévus pour 2007.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole