Aller au contenu principal

Des produits à base d’algues pour remplacer le cuivre

Dans le cadre du projet ProEcoWine, le laboratoire bordelais Phenobio et divers partenaires européens testent l’impact de deux formulations à base d’algues et de micronutriments sur les maladies de la vigne.

Les essais 
sous serre
montrent que les algues permettent une petite stimulation 
des défenses 
de la vigne.
Les essais
sous serre
montrent que les algues permettent une petite stimulation
des défenses
de la vigne.
© Phenobio

. Quels sont les produits testés ?

Deux formulations à base d’algues et de micronutriments sont actuellement testées : l’une contre le mildiou, la seconde contre le botrytis. Le but est trouver une alternative au cuivre, notamment pour les viticulteurs en bio. Les algues, dont les partenaires souhaitent taire le nom, sont cultivées à grande échelle au Portugal.


. Comment fonctionnent ces produits ?

Ces produits semblent disposer de trois types d’action.
La première est un effet nutritif, grâce aux micronutriments. « Le produit agit alors un peu comme un engrais », confirme Xavier Vitrac, directeur général du laboratoire Phenobio.
Les algues auraient par ailleurs un petit effet de stimulation des défenses naturelles (SDN) de la vigne, ainsi qu’un effet direct sur les champignons. « Les travaux menés en interne démontrent
que la stimulation de la vigne n’est pas très importante, mais qu’elle existe », indique Xavier Vitrac.
En revanche, l’effet direct sur les champignons ne fait pas de doute en laboratoire. Des tests in vitro ont mis en évidence l’action létale des algues par contact, tant sur le botrytis, que sur le mildiou. Mais il reste à le démontrer à la vigne.


À quel stade de développement en est-on ?

Les essais en plein champs menés en 2014 n’ont pas permis de conclure sur une réelle efficacité des produits, les cadences n’ayant pu être tenues contre le mildiou à cause des pluies et le botrytis n’ayant pas pointé son nez cette année sur les zones d’essai.
Les partenaires souhaitent donc monter un second projet d’expérimentation, d’une durée minimale de deux ans.
Suite à cela, si efficacité il y a, les deux produits devront être homologués, ce qui repousse
la mise en marché potentielle à dans trois ans minimum.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole