Aller au contenu principal

Oenologie
Des levures génétiquement modifiées dans les tiroirs

Des « levures-outils » aux « levures-remèdes » plus d´une dizaine de levures génétiquement modifiées sont à l´étude depuis plusieurs années. La recherche est moins avancée sur les bactéries.


Seuls, quelques organismes de recherche travaillent officiellement sur les levures génétiquement modifiées dans le monde : en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, en Espagne et à l´Inra de Montpellier en France. Mais les projets vont bon train et plus d´une dizaine de levures GM sont plus ou moins finalisées.
La plus connue est sans doute la levure capable de dégrader l´acide malique en cours de fermentation alcoolique. Elle doit pour cela recevoir deux gènes externes : le premier provenant d´une bactérie lactique et le second d´une levure schizosaccharomyces. L´Inra de Montpellier travaille également sur une levure acidifiante, ayant reçu un gène de bactérie, capable de transformer une partie du glucose du moût en acide lactique (jusqu´à 10 g/l) tout en produisant un vin moins alcoolisé. Troisième projet : une levure fortement productrice de glycérol (jusqu´à 18 g/l). Cette souche n´est pas transgénique mais autoclonée : obtenue par modification d´un gène propre à la levure.
©Inra


L´Inra travaille également sur une levure floculante pour faciliter l´élaboration des effervescents (autre levure autoclonée). Les Africains du sud ont mis au point une souche à faible rendement sucre/alcool, intéressante pour les régions chaudes, et travaillent sur des « levures-enzymes », capables de synthétiser différentes enzymes en cours de fermentation : soit des pectinases ou des glucanases pour faciliter les filtrations, soit des glucosidases pour révéler davantage d´arômes. On parle aussi de levures produisant moins de volatile, formant moins de mousse.
Les chercheurs nous concoctent également des levures capables de limiter les composés nocifs dans le vin. Des levures produisent de la pediocine, un peptide antimicrobien qui inhibe les bactéries lactiques et permet donc de diminuer les ajouts de SO2, d´autres produisent de l´uréase pour diminuer le taux de carbamate d´éthyl et enfin une souche réduit la formation d´amines biogènes.
Les recherches sont par contre moins avancées sur les bactéries car « les manipulations génétiques sont plus difficiles sur les bactéries que sur les levures », indique Aline Lonvaud-Fumel de la Faculté d´oenologie de Bordeaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole