Aller au contenu principal
Font Size

Etudes
De nouvelles données sur l’origine des Brett

Les résultats préliminaires d’une étude réalisée par l’IFV de Beaune sur l’origine et l’identification des Brett montrent que les populations présentes sur le raisin sont différentes de celles retrouvées dans le vin correspondant.

L’identification des souches de Brett présentes au vignoble et celles présentes dans les vins correspondants, réalisée lors des études conduites par l’IFV de Beaune, montrent que les populations qui contaminent les vins ne sont pas celles provenant du raisin.
L’identification des souches de Brett présentes au vignoble et celles présentes dans les vins correspondants, réalisée lors des études conduites par l’IFV de Beaune, montrent que les populations qui contaminent les vins ne sont pas celles provenant du raisin.
© INRA/Bertrand NICOLAS

La détermination de l'origine des populations de levure d'altération Brettanomyces est à l'étude depuis deux ans à l'IFV de Beaune. « On s'est posé la question de savoir si les Brett identifiées sur les raisins d'une parcelle sont celles qui vont contaminer les vins produits à partir de ces raisins », explique Béatrice Vincent. Pour ce faire, des prélèvements à la parcelle ont été effectués et les populations de Brett présentes dans ce prélèvement ont été identifiées génétiquement. Une deuxième analyse génétique a ensuite été réalisée sur les Brett trouvées dans les vins issus de ces parcelles. « Il s'avère que les souches de Brett sur les raisins ne sont pas celles que l'on retrouve dans les vins correspondants. Les contaminations viennent donc vraisemblablement du matériel de cave plutôt que du vignoble. Les efforts pour lutter contre ces levures sont donc à faire en cave en maîtrisant les doses de SO2 et l'hygiène notamment », souligne Béatrice Vincent, responsable des recherches à l'IFV de Beaune.

Des recherches qui se poursuivent

« Il reste beaucoup à faire, précise Béatrice Vincent, et nous avons seulement deux ans de recul. Nous cherchons à déterminer si les populations qui se développent sont les mêmes d'un millésime à l'autre. Dores et déjà, on a constaté que les différentes cuvées d'une même cave sont généralement contaminées par la même souche de Brett, quelque soit l'appellation et donc la parcelle de provenance. En revanche, les populations contaminantes ne sont pas communes d'une cave à l'autre ». L'IFV souhaiterait aussi caractériser ces populations contaminantes notamment sur leur capacité à produire des éthyl-phénols ou à résister au SO2 ce qui se rajoute à la déjà très longue liste d'analyses à réaliser.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole