Aller au contenu principal

[ Covid-19 ] La pandémie a fait chuter le commerce mondial de vin de 12% au premier semestre 2020

L’impact économique de la Covid-19 se mesure déjà très nettement dans les chiffres du commerce mondial du vin du 1er semestre 2020 présentés par l’OIV le 27 octobre, lors d’une e-conférence. La chute est plus brutale en valeur qu’en volume.

Pau Roca, directeur général de l'OIV (à droite), a dévoilé l'estimation de la production mondiale de vin pour 2020, établie à 258 Mhl, lors d'une conférence de presse digitale. Il a aussi dressé un panorama des échanges mondiaux de vin au premier semestre 2020 en soulignant le fort recul de la valeur des exportations.
© OIV

Les 258 millions d’hectolitres de vins produits en 2020 au niveau mondial vont arriver dans un contexte incertain a souligné Pau Roca, directeur général de l’OIV. Les mesures de restrictions de circulations entre les pays, de confinement, de fermeture des restaurants et bars ont eu un impact fort sur le commerce mondial du vin. Pour le premier semestre 2020, l’OIV fait état d’une chute de 6,7% du volume et de 12,4% de la valeur par rapport au premier semestre 2019. Une situation qui contraste avec « plusieurs années de stabilité ». L’impact est « plus négatif en valeur qu’en volume » a souligné Pau Roca, pointant aussi que les vins effervescents ont le plus souffert, particulièrement le champagne. Même le prosecco qui a bien résisté en volume, en progressant de près de 5%, a baissé en valeur (-7,6%).

Des baisses variables selon les pays

Les pays qui jouent le rôle de plateforme comme le Royaume-Uni et Singapour enregistrent plus de 30% de recul en valeur. L’Afrique du Sud affiche un record de baisse avec 40% en volume et 24% en valeur. La France (-21%) fait partie des pays dont les exportations reculent le plus en valeur. L’Allemagne (-15%) recule davantage que l’Espagne (-7%). L’Italie s’en sort le moins mal des trois leaders de la production mondiale (Italie, France, Espagne) avec -4% en valeur et -2% en volume.

Lire aussi : "Les vins français se sont moins valorisés à l’export en 2019/2020"

L’Argentine est l’un des rares pays à développer ses ventes en volume à l’export sur le premier semestre 2020 (+52%), grâce notamment à une progression de ses ventes en vrac vers l’Espagne et en bouteilles vers les Etats-Unis, selon l'OIV. Mais avec une baisse des prix puisque la valeur des exportations recule tout de même de 4%. La Nouvelle-Zélande réussit l’exploit de progresser en volume (6%) et en valeur (2%), grâce au marché américain.  

Du côté des pays importateurs, la Chine se place au premier rang des pays en baisse en volume (32%) comme en valeur (31%). A noter que la baisse des importations chinoises était déjà amorcée en 2019.

Un essor du e-commerce appelé à se poursuivre

Pour Pau Roca, l’une des conséquences du Covid-19 sera durable : c’est l’essor de l’e-commerce de vin. Selon les économistes consultés par l’OIV, la croissance globale du e-commerce de vin serait en valeur de 48% en 2020, une progression trois fois supérieure à celle enregistrée en 2019 par rapport à 2018. Une évolution que le directeur juge d’autant plus « remarquable » que la consommation de vin est estimée à la baisse de 9% dans les pays clés, dans le même temps.

Pau Roca voit dans la digitalisation une opportunité majeure pour que le secteur du vin poursuive sa croissance. Il estime qu'il faut s'y préparer. Selon le directeur, la digitalisation va "s'incorporer" à tous les niveaux : élaboration, certification, traçabilité, ventes, données... Pour accompagner cette évolution, l’institution internationale va lancer un observatoire pour analyser la digitalisation du secteur et un « digital garage » pour tester "des initiatives digitales et des prototypes".

 

Les plus lus

Le fonds d'urgence annoncé par Marc Fesneau en réponse à la crise viticole et aux manifestations vient d'être mis en place.
Fonds d’urgence viticole : attention, les délais sont serrés !

Promis par le ministre de l’Agriculture suite aux manifestations, le fonds d’urgence est désormais opérationnel. Il est ouvert…

« Le risque de lancer une telle procédure s’évalue au cas par cas », Maître Louis Lacamp, avocat du viticulteur Rémi Lacombe

Les négociants bordelais Cordier et Maison Ginestet ont été condamnés le 22 février à verser 350 000 € au viticulteur Rémi…

Crise viticole : Marc Fesneau annonce un plan de 230 millions d'euros

Invité ce mercredi 31 janvier sur Sud Radio, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a dévoilé les mesures du plan viticole…

Pellenc lance le châssis polvalent économique et évolutif Combiviti.
Pellenc Combiviti - Un châssis porte-outils économique et évolutif

Pellenc complète son offre en châssis polyvalents, avec un modèle d'entrée de gamme et évolutif.

Le pulvé autonome Kfast est doté de quatre roues motrices et directrices.
Kubota/Fede - Un pulvérisateur automoteur et autonome pour les vignes et vergers

Kubota présente un robot de pulvérisation, le Kfast. 

agriculteur remplissant le réservoir de gasoil du servant de ferme. gazole non routier. gaz-oil. carburant. GNR. valet de ferme JCB.
Fiscalité : ce qui change pour les viticulteurs en 2024

Parmi les dispositions votées dans la loi de finances pour 2024, plusieurs peuvent concerner les exploitations viticoles. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole